Tous les articles taggés : vie

Le passage

Article de futilité moyenne mais d’utilité publique. Enfin je pense. Chers amis hommes et néanmoins masculins, vous pouvez partir en courant. Vous allez probablement le faire de toutes manières, transis d’horreur, on vous connait. Chères amies femmes et néanmoins jeunes vous pouvez aussi partir en courant. Quoique. Ce qui suit pourrait vous servir un jour. Celles et ceux qui restent, bienvenue dans le monde ténébreux … d’une chose  dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom comme un Voldemort dans la vie d’une femme. Et pourtant, on va,  ou on a,  déjà toutes franchi ce cap. Je voulais juste à cet effet partager mon expérience pour  rassurer la terre entière qui s’angoisse  : ça va bien se passer LA MENOPAUSE. Ca y est je l’ai dit ce mot horrible, tabou, beurk, atroce qui, semble-t-il signe la fin de toute humanité chez une femme. Alors qu’en fait, non. C’est juste que tu n’est plus apte à procréer. Sachant que personnellement, je n’ai JAMAIS considéré que le but ultime de ma vie ou la définition de la féminité, voire mon bonheur total passait par …

Stop ou encore ?

Soyons clairs, j’avais atteint le bout du bout. Après près (près près) de 9 ans à bloguer et un été passé à dériver de terrasse en terrasse en bonne compagnie j’avais d’une part une flemme intercontinentale de me remettre à une discipline quand même chronophage, qu’on le veuille ou non. Et d’autre part j’avais l’impression de ne plus avoir vraiment d’intérêt pour un « univers » dans laquelle je me reconnais de moins en moins. Le free style des blogs des années 2000 ayant laissé lentement mais sûrement la place à une activité plus, dirons-nous, commerciale, que je respecte mais qui ne me correspond plus vraiment. Mais quinze jours de vacances à la maison AVEC DU TEMPS (un vrai luxe qui n’a pas de prix, lui), un peu plus loin des tentations mondaines et sociales et surtout une citation dans un article parmi « 5 blogueuses senior a suivre » m’ont convaincue de reprendre. J’aime bien l’idée d’être blogueuse senior. Un parce que c’est un territoire un peu inexploré et que, je dois bien l’admettre même si j’ai douze …

Miroir, mon beau miroir

Ou le Narcissimse moderne. Avec les vrais gens dans la vraie vie (et pas des petits carrés en ligne) nous avons en ce moment des conversations assez récurrentes sur nos rapports aux réseaux sociaux. De ces conversations conviviales ressortent que oui, pour la plupart, nous sommes assez addicts. Mais non, pour la plupart d’entre nous, nous trichons assez peu sur ce que nous renvoyons en ligne. C’est juste une version parfois légèrement améliorée de notre vraie vie. Nous sommes humains, nous voulons montrer à tous le meilleur de nous-mêmes et pas forcément la copie d’un rejeton hybride de Picasso et de Freddy-les-griffes-de-la-nuit qu’est notre tête au saut du lit. Ou montrer aussi que nos vacances sont idéales, alors qu’on a perdu notre valise qu’on s’est tapé 3 jours de pluie et 2 jours de tourista pour faire rager nos collègues de bureau qui eux planchent sur le rapport Martin à rendre pour hier. Nous faisions somme toute la même chose avec nos cartes postales et nos photos de vacances avant. Mais cette version légèrement améliorée …

Bon anniversaire mon Cannellou

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la belle, la sublime, l’intrigante, la merveilleuse Cannelle qui partage ma vie depuis 10 ans. 10 ans de mauvais caractère, de psychopatherie, de râlage, de caprices en tous genres qui font d’elle une casse-bonbons de première catégorie, bref une diva, comme sa maîtresse en fait. J’aurais dû me méfier en récupérant un chat né un 1er avril. Une décennie riche en émotions qui a vu passer mes fils du stade de pré-ado et d’ado pénibles au stade de jeunes adultes … Pénibles. Mais enfin quasiment indépendants. Une décennie de changements profonds peut-être les plus profonds de ma vie, l’avenir le dira, si j’ai la chance de vivre encore quelques années, on ne sait jamais. Une décennie où un jour je me suis dit sur un coup de tête « tiens si je faisais un blog ». Ce qui m’a donné, en plus d’écrire quasi-quotidiennement des idioties en ligne, des opportunités et des rencontres dont je n’aurais même pas rêvé quelques années auparavant. Et ouvert des portes dont je ne savais parfois même pas …

Génération quoi ?

Je viens d’une génération qui n’a pas de nom. Celle des gens qui ont vécu leur enfance dans les années 60, leur adolescence dans les années 70 et leurs premiers pas d’adultes dans les années 80. Coincée entre les baby-boomers et la génération X personne n’a jugé bon de nous baptiser. On nous a oubliés. En fait. Pourtant nous sommes une génération assez heureuse, peut-être moins que les dits baby-boomers. Nous avons connu à la fois le meilleur et le pire. La parenthèse enchantée, celle où les moeurs se libéraient entre l’arrivée de la pilule et celle du Sida. L’amour libre à tous les étages. Qui ne l’était pas tellement libre en fait. Les moeurs commençait tout juste à se libérer et les filles étaient plutôt encore bridées. Celles qui « couchaient » étaient rapidement identifiées et assimilées à des filles faciles, voire les salopes de service. Il y avait bien encore deux poids, deux mesures. Self-service pour les garçons, la maman ou la putain pour les filles. Nous avons connu aussi la fin des 30 glorieuses, …

L’instant psy

Parfois on me demande « mais pourquoi tu as changé de blog alors qu’il marchait bien ? » (oui, parfois on me demande des trucs, sache-le) (je réponds ou pas selon mon humeur du moment). En gros j’ai changé de blog /de domaine/ et tout recommencé à zéro ou presque parce que 1/ Je ne pouvais pas faire ce que je voulais facilement sur l’ancien 2/ Et surtout il me rappelait de mauvais souvenirs que j’ai envie de laisser derrière moi. Je l’avais commencé à une période délicate où, comme ça arrive parfois dans une vie, toute forte que tu soit, trop de questions, trop de doutes, trop de fêlures, trop de chocs et pas de réponses, ton moral s’effrite lentement mais sûrement. Plus tu vas mal, plus tu t’étourdis pour oublier. Plus tu t’étourdis, plus tu vas mal. Plus tu vas mal, plus tu te raccroches parfois aux mauvaises personnes au mauvais moment. Et tu vas encore plus mal, et tu t’étourdis pour oublier, etc, etc… C’est un cercle vicieux qui te fais perdre progressivement ta …

Maaaaa viiiiie

En ce moment elle pourrait se résumer à cette photo. A part qu’au lieu de « passage », j’écrirais « boulevard ». Oui, j’ai un énorme boulevard de possibilités devant moi. Plus de pression sociale, plus de carrière à faire, plus de famille à fonder, plus de réussite à chercher. Je laisse ça aux minots. Pendant ce temps, je profite de la vie tant que je peux encore le faire. C’est inintéressant, j’en conviens, mais un blog c’est fait pour parler de son nombril, non ? Sinon à quoi ça sert ? Ok, si ça ne te convient pas, la sortie c’est …. (bon week-end quand même) (et à lundi pour de nouvelles aventures)

Mauvais genre

Depuis quelques années/mois il y a beaucoup de discussions autour du « genre » . Les transgenres obtiennent enfin une visibilité, voire une reconnaissance malgré un chemin qui reste encore long et semé d’embûches pour qu’ils/elles puissent vivre pleinement leur identité. J’avoue que parfois je me perds un peu dans les diverses catégories qui émergent au grand jour : transexuel, polysexuel, pansexuel, neutre, après tout peu importe du moment que chacun y trouve sa place. En ce qui me concerne, bien que me sentant 100 % femme jusqu’au bout de la manucure, je ne me suis jamais définie en tant que « fille ». Pour donner un exemple concret et éviter de me perdre (et le lecteur avec) dans des explications tarabiscotées, je peux onduler sur des talons de 12 une bière à la main en crachant des jurons qui feraient rougir un charretier. La plupart des environnements catégorisés comme « féminins » par des critères que je juge obsolètes et dépassés me gonflent assez rapidement. J’ai horreur de passer des heures à discuter de produits de beauté ou de « oh …