Tous les articles taggés : relations

Friends

Tu tu lu tu tu tu tu lu lu… Ceci est un article nombriliste autocentré. Si tu ne t’intéresses pas à mon nombril, tu peux aller faire autre chose. Mais c’est dommage, mon nombril est chouette. Et puis à quoi ça sert de tenir un blog si on ne peut pas se le regarder attentivement, le nombril, hein ? Je te le demande. Bref, ceci est un essai nombriliste sur (roulement de tambour) l’amitié. Ou plus précisément ma relation à l’amitié. Je n’ai pas beaucoup d’amis. Je plaisante souvent sur ce thème « je n’ai pas d’amis » pour renforcer mon côté diva ingérable. Mais en fait, mathématiquement parlant, je n’ai pas beaucoup d’amis. Des vrais, je veux dire, des gens dont même si je ne les vois pas tout le temps, je sais qu’en cas de tsunami, je peux aller gratter à leur porte et il m’offriront un café, des biscuits, des mouchoirs et qu’il me tapoteront la main. (pas plus, ils savent que je n’aime pas trop qu’on me tripote, EUX). Et que s’ils en …

Vole, petit oiseau, vole

Quand tu as de grands enfants, ou de jeunes adultes qui Tanguysent encore chez toi malgré toutes tes tentatives pour leur indiquer la sortie arrive quand même un jour où le sujet prend conscience que zoner chez les darons, c’est de la balle, certes, mais que c’est quand même embêtant d’avoir maman qui hurle deux heures du matin « JE.T’AI.DEJA.DIT.DE.MANGER.A.DES.HEURES.NORMALES.CA.ME.REVEILLE » alors que tu voulais juste te faire 12 steaks hachés avec des pâtes carbonara parce que tu avais un petit creux en rentrant de chez tes potes. Oui, finalement, après plusieurs années d’efforts soutenus, le sujet prend soudain conscience qu’être chez soi peinard sans quelqu’un qui lui demande une fois par moi de prendre un karcher et une pelleteuse pour ranger sa chambre, c’est pas mal. Il commence donc à s’organiser plus ou moins bien (plutôt mal que bien en l’occurrence) pour aller habiter ailleurs. Commence un long tunnel de questionnement à base de « ah tiens, si je gardais deux euros en poche pour payer la co-location ». Ce qui, quand on a l’habitude d’être nourri-logé-blanchi et …

Petit manuel de survie….

Pour la cohabitation avec un jeune adulte.  (petit recyclage mais j’ai trouvé que le billet collait bien à la thématique du blog) Après avoir passé toutes phases d’une cohabitation au long cours avec des extensions successivement passé des stades bébé rose et joufflu, enfant courant partout et exigeant des anniversaires à thème, pré ado grincheux, ado catatonique et bachelier en mode portnawak, si tu as survécu sans que ton système nerveux se transforme en un croisement entre Tchernobyl post-explosion et Fukushima après le tsunami, tu te retrouves parfois à héberger un jeune adulte en fin de cursus scolaire ou en début de vie professionnelle. Ce malgré tous tes efforts divers pour le jeter dehors et récupérer sa chambre pour en faire un salon de massage et ainsi arrondir tes fins de mois. Mais, compte tenu de l’allongement de la durée des études et de l’allongement de la durée des recherches de premier emploi, c’est parfois mission impossible. Ce malgré des ruses diverses pour l’éloigner telles que « va voir là-bas si j’y suis » « j’ai regardé sur …