Tous les articles taggés : bonheur

Like a boss

  Sans vouloir jouer les anciennes combattantes, en quelques décennies de musicalité musicale, j’en ai enquillé, des concerts. Et pas des moindres, j’ai vu des mythes confirmés et quelques-uns en devenir. Les Who et les Stones pas encore momifiés, Bob Marley halluciné et hallucinant, Prince pas encore très connu, AC/DC à leurs presque-débuts, le premier grand concert de Téléphone en première partie d’un groupe aujourd’hui oublié, Bowie période Station to Station, Tina Turner renversant totalement Bercy d’un coup de rein et tant d’autres. Oui j’en ai vu, du pire au meilleur. Des salles qui donneraient aujourd’hui des frissons aux responsables sécurité, des chaises et des bouteilles voler de partout, des groupes qui ne regardaient pas leur montre et jouaient tant que le public réclamait, des amplis qui sautaient, des mélodies parfois aléatoires et des accords pas très justes. Des musiciens qui tombaient dans le public emportés par leur élan. Des mouvements de foule à la limite de la panique. Pourtant, j’ai loupé quelques monuments. Des artistes aujourd’hui morts ou à la retraite et que malheureusement …

Miroir, mon beau miroir

Ou le Narcissimse moderne. Avec les vrais gens dans la vraie vie (et pas des petits carrés en ligne) nous avons en ce moment des conversations assez récurrentes sur nos rapports aux réseaux sociaux. De ces conversations conviviales ressortent que oui, pour la plupart, nous sommes assez addicts. Mais non, pour la plupart d’entre nous, nous trichons assez peu sur ce que nous renvoyons en ligne. C’est juste une version parfois légèrement améliorée de notre vraie vie. Nous sommes humains, nous voulons montrer à tous le meilleur de nous-mêmes et pas forcément la copie d’un rejeton hybride de Picasso et de Freddy-les-griffes-de-la-nuit qu’est notre tête au saut du lit. Ou montrer aussi que nos vacances sont idéales, alors qu’on a perdu notre valise qu’on s’est tapé 3 jours de pluie et 2 jours de tourista pour faire rager nos collègues de bureau qui eux planchent sur le rapport Martin à rendre pour hier. Nous faisions somme toute la même chose avec nos cartes postales et nos photos de vacances avant. Mais cette version légèrement améliorée …

Bliss

C’est curieux comme état, le bonheur. Les gens foncièrement heureux, pardonnez ce curieux postulat, mais jusqu’à il y a peu, je n’avais pas vraiment l’habitude. Je n’étais pas malheureuse, non. J’avais même des instants de félicité. Mais, au bout d’un moment, revenais toujours cette fichue pensée « ça ne va pas durer » suivi de « qu’est-ce qui va me tomber dessus ». Je croyais fermement jusqu’à récemment que le bonheur était une théorie. Et que si ce n’en était pas une, ce n’était pas pour moi. Que c’était ainsi, que je n’étais pas douée, pas faite pour être heureuse. J’avais tort. Personne n’est fait pour être malheureux. Nous avons tous des tendances à aller vers le haut ou vers le bas. Chez certains cette pulsion vers le bas est la plus forte. Du moins le pensent-ils. Je n’ai pas cherché le bonheur. Il est venu progressivement, pas après pas, effort après effort. Ce n’est pas ni une vie de rêve, ni un travail de rêve, ni un compte en banque de rêve. Ce sont plein de petites choses …

Regarder le crépuscule

Parfois, c’est bien de lever son nez de son téléphone et de regarder le ciel. Ca permet de voir un somptueux crépuscule descendre sur la Seine et de figer le moment dans l’éternité des internets. Parfois aussi, c’est bien de ne même pas figer le moment mais juste d’en profiter. Tant pis pour les autres, il n’y aura que ton cerveau qui gardera un joli souvenir. Mais tu pourras dire « j’y étais, j’ai tout vu ». Je regarde toujours le ciel au moins une fois par jour, histoire de voir s’il y a des jolis nuages ou des changements de couleurs. Je regarde toujours le crépuscule, c’est mon moment préféré de la journée. Cet instant indécis et souvent très doux entre lumière et ombre, quand la journée n’est pas tout à fait terminée et la nuit pas encore commencée. J’aime bien les moment flous, indécis, indéterminés qui arrêtent la course du temps même pour quelques secondes. J’aimerais les figer éternellement, mais je ne peux pas. Alors je les prends souvent en photo. Ou je les regarde, …