Tous les articles taggés : Apple

Foudingue

En ouvrant ton petit blog de rien, tu baptises innocemment une de tes rubriques dédiée au miam qu’il est bon « fooding ». Mot que tout le monde utilise désormais de façon courante. Peu de temps après, je reçois une charmante missive du « Le Fooding » guide culinaire et gastronomique dont je n’ai toujours pas vraiment saisi le but ultime dans la vie, me demandant aimablement de retirer le mot « fooding » de mon blog au prétexte que c’est une marque déposée. Je rétorque que je suis un poil étonnée de cette démarche étant donné que « Fooding » est un mot courant et que je ne l’utilise pas à des fins commerciales. Le Fooding s’obstine et me demande poliment d’obtempérer. En creusant un peu sur les réseaux sociaux, j’apprends que Le Fooding tire à vue très facilement, voire à la moindre mention, et qu’ils ont déjà obligé plusieurs blogueurs ou sites à retirer ce mot sous peine de foudres divines et justiciaires qui s’abattraient sur eux. S’en suit un petit jeu entre amis qui consiste à mettre « Fooding » à toutes …

La vie de Stéphane Travaux

Quand ton binôme te propose d’aller au cinéma à l’improviste et que tu n’as pas d’idée précise de ce que tu veux voir, s’en suit généralement le passage en revue de quelques films envisageables. Arrive le tour de « Steve Jobs » le biopic du fondateur et emblématique PDG d’Apple. Première réaction « mouif ». Réflexion du binôme « oui mais y’a Fassbender » Deuxième réaction « ok, il enlève un truc dans le film ou pas ? » Dans le doute on est parties vérifier. Ce fut donc une session de 2 heures sur la vie et l’oeuvre de Steve Jobs. Enfin plus ou moins car le film ne prétend pas retracer l’exacte vérité sur l’homme qui a croqué la pomme et le reste de la planète. Il s’appuie plutôt sur des évènements réels pour tenter de cerner la personnalité de Steve Jobs et ses possibles relations avec son entourage, notamment sa fille, sa fidèle directrice marketing Joanna Hoffmann (interprétée par Kate Winslet méconnaissable) ; ses collaborateurs et administrateurs ; son Chief Executive Officer, Daniel Scully, qui finira par évincer Jobs temporairement …

Le dilemme de la lunette

Ami(e)s myope, astigmate ou presbyte ceci est pour toi. Si pendant de longues décennies, le port de binocles était synonyme de quasi-handicap, de tête d’ampoule, de laideron ou de ridicule, heureusement aujourd’hui, il n’en est plus rien. La lunette est devenue un accessoire hautement fashion, non seulement côté verres solaires, mais même côté lunettes de vue, au point que certains qui n’en ont nul besoin arborent quand même des lunettes pour le côté stylistique de la chose. Moi-même (et en personne) je suis myope et astigmate depuis lurette. J’ai tout expérimenté de l’énorme monture eighties à la Emmanuelle Kahn à la monture fine  quasi-invisible. Avec des résultats parfois aléatoires quelques années après quand tu ressort tes vieilles photos. Oui, car quand il s’agit de choisir une paire (non on ne pense à rien d’autres, je vous vois), c’est parfois le dilemme. Il faut allier esthétique, praticité et solidité (pour les pas très soigneux dont je fais partie). Sans oublier pour les personnes de hum hum ans, la nécessité de caser des verres progressifs dans des …