Tous les articles classés dans : Modistas

Le petit pull de Noyel

Je n’aime ni décembre, ni la périodes des fêtes. Tous les ans je passe quelques semaines de mauvaise humeur à râler sur la course aux cadeaux, les illuminations niaises et les calendriers de l’avent qui me sortent par les trous de nez. Tous les ans je m’épanche en ligne sur le sujet. Un genre de tradition. Mais même si je m’arrange pour réduire à 80 % les figures imposées par la société en ne me mêlant pas à la liesse populaire, en faisant une liste de cadeaux ultra-minimale pour quelques personnes proches pour leur faire plaisir et en réduisant les réveillons au symbolique (voire en n’en faisant pas du tout), je réalise quand même que j’ai UNE tradition de « fêtes ». Le petit pull. Pas le pull moche qui gratte à bonhomme de neige pervers ou renne à paillettes sous substance. Non. Le pull bling bling qui brille. Emportée par la profusion de tenues décorées par une Kim Kardashian qui aurait mangé tous les protagonistes de Secret Story, je finis toujours par craquer pour un haut …

La petite jupe qui tourne, qui tourne….

Article futile mais peut-être utile. Je l’ai déjà sous-entendu à maintes reprises, j’ai commencé à préparer un voyage loin… Et cher. Tant pis pour mon PER, tant mieux pour mon moral. Après tout, personne n’est enterré avec ses économies. Mon rêve n’étant pas d’investir dans la pierre ou d’acheter des actions d’une marque de monte-escalier pour passer ma retraite, mais de voyager tant que je peux encore le faire, loin de préférence. J’ai donc décidé de réaliser mes rêves. Tant pis pour le reste. J’irai chanter dans le métro. Dans deux ou trois ans je devrais être capable de massacrer Hotel California à la guitare.  Une vieille qui chante avec une guitare, c’est attendrissant, je devrais m’en sortir. Bref, ce long préambule, pour dire que j’essaye plus ou moins de ne PAS dépenser trop de sous en futilité diverses. Ce n’est pas évident, Paris est plein de parisiens et surtout de tentations. J’essaye donc d’éviter soigneusement tout ce qui est magasins de vêtements ou chaussures, parfumerie, cosmétique, restaurants, bars, bougies parfumées de luxe, ou brocante …

Ne dites pas à ma mère que je suis blogueuse mode…

… Elle croit que je suis tenancière de bordel. J’aurais tout expérimenté dans ma vie. Enfin quasiment tout. Je n’ai jamais tenté les sports extrêmes ou une teinture brune. Qui est aussi un sport extrême dans son genre. Qui veut être brune franchement ? (ouais, on est blondes, et les brunettes on vous enchose, c’est comme ça). J’ai même été blogueuse : humeur, humour, fooding, alcoolimse, lifestyle voire politique du côté rigolo. Mais blogueuse mode ? Rejoindre la tribu des fashionistas-genoux-en-dedans, je n’y aurais jamais cru. Bon ok, j’admet j’ai un certain stylimse. A base de noir, de dentelles, de manteaux militaires et de perfectos. Et de brushings brushingués. De là à me faire bombarder « icône du style » par un magazine, quand même… Et pourtant, chez le 3ème âge apparemment, c’est le cas. Pour le magazine « Pleine Vie » en tous cas, ils y croient à fond au combo déambulateur-perfecto. (oui, là tout est à peu près vrai et je prends la « jolie blonde ». En revanche le « un peu » rebelle, je suis « un peu » déçue. Je …

L’affaire est dans le sac

Ou dans la pochette plus précisément. Ma mère m’ayant fait un cadeau somptueux sous la forme de sa pochette de mariage en chevreau bleu-gris totalement vintage fifties, totalement introuvable et donc totalement sans prix que je ne cède pour rien au monde, ( en photo d’en-tête regardez-moi cette beauté) je me suis dit en moi-même personnellement qu’au lieu de faire un billet long et fastidieux à écrire pour moi et à lire pour toi en ces temps estivaux où on a envie de se vider le cortex, je commençais à avoir une jolie collection de pochettes diverses et variées, offertes ou récupérées que je me devais de montrer à la face envieuse de l’univers. Et qu’il fallait absolument que je te parle de ma quête du sac idéal qui après des dizaines d’années a finalement touché à sa fin. Car, après tout, si on a pas un blog pour faire baver de jalousie la terre entière, franchement, à quoi ça sert ? Ceci est donc un billet spécial maroquinerie luxuriante. Commençons par La minaudière ultra-kitsch …

Il ne faut pas….

… Passés 30/40 ans Porter un short en jean déchiré (selon le journal Marie-Claire) Mettre un bikini à la plage (selon le Figaro Madame) Et, selon une étude américaine, Porter des jeans skinny et/ou déchirés Monter sur un hoverboard Faire des vidéos ridicules Ou des photos avec des Hell’s Angels Boire des coups dans les bars avec des amis Avoir des tatouages Jouer de la guitare électrique. Voilà, je fais bien tout ce qu’on me recommande.   Et surtout je m’en tamponne les ovaires force 45 sur une échelle allant de Blondie à Mariah Carey des diktats des magazines féminins et de quelques soit-disant gurus du style. Ne lâchez rien les filles. Jamais. Rien. (featuring les amis qui se reconnaîtront)

La crise des sneakers

C’est un fait. Je n’aime pas la chaussure de sport et j’ai l’impression qu’elle ne m’aime pas trop non plus. A part sur un parquet, une pelouse, ou une piste de course, je trouve que la chaussure destinée à l’exercice n’a pas grand chose à faire sur le bitume ou dans un dîner en ville. J’ai toujours l’impression que la majorité des baskets et autres chaussures de tennis me font des petons qui ressemblent à des sandwiches enveloppés dans de l’essuie-tout. Ou encore que j’ai deux pneus sur les pieds dans lesquels mes chevilles nagent à la recherche de l’harmonie perdue. Sans parler des modèles XXL à bandes fluos qui me donnent l’impression que les pieds de leurs propriétaires ont eu un choc anaphylactique après une ingestion massive de drogue. Non, décidément, la chaussure de sport ce n’est pas mon truc du tout. Je préfère me dévier la colonne vertébrale à coups de talons de 12 mais conserver un semblant de dignité plutôt que de marcher comme un un hussard chaussé de palmes. Pourtant, de …

Toutes avec toutes à l’école

Malheureusement on ne peut pas tout le temps tenter de promouvoir toutes les causes humanitaires. J’avoue, il faut parfois faire des choix. J’ai donc choisi d’aider avec mes modestes moyens quelques causes qui me tiennent particulièrement à coeur. Dont, par exemple, la lutte contre le Sida parce que j’ai vu partir beaucoup trop d’amis et la défense et l’éducation des femmes et des petites filles partout dans le monde, parce que je suis convaincue que l’avenir passera par ces jeunes filles qu’on aide à sortir de leur condition. C’est pourquoi quand Nathalie m’a proposé de parler de « toutes à l’école » j’ai accepté avec enthousiasme, car cette association s’occupe justement de promouvoir l’éducation des filles. Quelle est l’origine de cette association et son but ? Le chiffre est accablant : moins du tiers des enfants scolarisés dans le monde sont des filles. Face à ce constat,  la journaliste Tina Kieffer a fondé en 2005 l’association Toutes à l’école. Sa mission : proposer une scolarisation de haut niveau aux petites filles les plus démunies, afin de les …

Fantaisie militaire

Le jeudi, c’est blogueuse mode Si si, jolie dame de plus de hum hum années, ma consoeur, tu as le droit de t’habiller fasheune sans sombrer dans le ridicule. On l’a déjà dit plein de fois ici même. Notamment lorsque le kaki revient très fort. Et le kaki,  c’est une couleur avantageuse pour les blondes. Surtout qu’on peut s’équiper kaki pour pas cher, au contraire, personne n’aurait l’idée de porter du kaki flambant neuf et bien repassé. Le kaki plus c’est usé, mieux c’est. La preuve ci-dessus. Vraie veste militaire venant d’un surplus acquise pour 5 euros à l’Ile de Ré. Pantalon basique Zara ancienne collection genre 15 euros. Le plus cher ce sont les low-boots Minelli façon serpent – mais en solde. Mon caban YvesSaintLaurentesque Zara ancienne collection également. Les pots de fleurs ont été fournis par #aletravail Photographie by Jean-Monique l’Iphone. Le stylisme hyper-chiadé est de moi-même. Je vais d’ailleurs m’auto-facturer tellement c’est chouette.  

Le dilemme de la lunette

Ami(e)s myope, astigmate ou presbyte ceci est pour toi. Si pendant de longues décennies, le port de binocles était synonyme de quasi-handicap, de tête d’ampoule, de laideron ou de ridicule, heureusement aujourd’hui, il n’en est plus rien. La lunette est devenue un accessoire hautement fashion, non seulement côté verres solaires, mais même côté lunettes de vue, au point que certains qui n’en ont nul besoin arborent quand même des lunettes pour le côté stylistique de la chose. Moi-même (et en personne) je suis myope et astigmate depuis lurette. J’ai tout expérimenté de l’énorme monture eighties à la Emmanuelle Kahn à la monture fine  quasi-invisible. Avec des résultats parfois aléatoires quelques années après quand tu ressort tes vieilles photos. Oui, car quand il s’agit de choisir une paire (non on ne pense à rien d’autres, je vous vois), c’est parfois le dilemme. Il faut allier esthétique, praticité et solidité (pour les pas très soigneux dont je fais partie). Sans oublier pour les personnes de hum hum ans, la nécessité de caser des verres progressifs dans des …

Le problème de la lingerie

Bien. Ne nous voilons pas la face. Ou le popotin dans ce cas précis. Trouver de la lingerie jolie et mettable passé un certain âge ce n’est pas de tout repos. D’une part nous les jolies quadras-quinquas (je te rappelle au passage que le QuaQuinqua is the new hype) n’avons plus forcément la morphologie d’un perdreau de l’année (comme dit ma mère). D’autre part, il faut bien l’admettre, la gravité nous jouant parfois des tours, nous avons besoin d’un minimum de soutien. Sans oublier qu’on aime notre petit confort et que le string ou le tanga dessiné pour une gazelle de 20 ans à la fesse hyper-ferme ne convient pas forcément ni à à notre bassin qui s’est un peu élargi avec l’arrivée de notre progéniture, ni à nos attentes. Sans renoncer à la séduction froufroutante, une parure qui serait affolante sur une jeune beauté peut vite tourner au vulgaire sur toi et moi. Pas facile donc de trouver un juste milieu entre porno pas tellement chic et la gaine chair de mamie Lucienne. Sans …