Sorties ballades voyages
4 commentaires

Uluru

Je t’avais laissé entendre dans plusieurs billets précédents que j’entamais une quête pour réaliser ce qui pourrait bien être le voyage de ma vie.

J’en rêve depuis toute gamine.

Pourquoi ? Aucune idée.

C’est comme ça, c’est tout, il y a des pays qui t’appellent de façon mystérieuse.

Les catholiques pourraient dire que ce sont les voix impénétrables du seigneur, les bouddhistes une résurgence d’une vie antérieure ou le karma.

La taulière, elle, pense simplement qu’elle doit écouter sa voix intérieure.

Et partir voir les kangourous en Australie.

C’est dans l’avion de retour vers Paris après mon séjour à San Francisco au début de l’été que je me suis dis « malgré 11 h de vol en classe éco, pliée en 2 dans mon siège inconfortable, je reprendrais bien le premier vol pour n’importe où en arrivant à Paris ».

Suivi de « meuf, tu as toujours rêvé de l’Australie, vas-y, qu’est-ce qui t’en empêche ? ».

Rien. A part 24 h d’avion et un budget colossal, strictement rien.

Et encore, ce n’est pas insurmontable.

Les 24 h d’avion, je vais les passer shootée pour dormir un maximum afin de passer le temps.

Le budget colossal, et bien, je mangerai des pommes de terre à l’eau pendant 6 mois d’une part et d’autre part, je vais un peu dilapider mes économies.

Après tout, personne n’est enterré avec son coffre-fort  j’ai vu partir tellement de gens d’un jour à l’autre qui disaient « plus tard je rêverai de faire… » . Il n’ont pas eu de plus tard, malheureusement.

Et vu mon âge mon plus tard, c’est maintenant. Ou jamais.

Je préfère donc mourir pauvre qu’avec des regrets.

Au pire, j’irai chanter dans le métro. Une petite vieille qui joue du métal à la guitare, ça devrait marcher, je peux m’en sortir.

Si le cosmos me laisse donc agir à ma guise, j’irai donc papouiller les koalas au mois de mars.

Evidemment, l’Australie c’est immense, en 3 semaines je n’aurai donc le temps de faire qu’un petit bout de pays.

Au programme, du classique pour une première fois (peut-être la seule, on ne sait jamais).

Melbourne,  la Great Ocean Road, Kangaroo Island le centre rouge en safari via Adelaide à l’aller et Alice Springs au retour,  et Sidney pour finir.

(je te mets pas de carte, ça te donnera l’occasion de googueuliser et de te culturer un peu géographiquement).

Et surtout, surtout Ayers Rock, ou Uluru plus exactement de son nom aborigène.

Ce caillou rouge perdu au milieu de nulle part me fascine littéralement, encore une fois, j’ignore totalement pourquoi, mais je DOIS le voir de mes propres yeux et pas uniquement en photo.

Je m’attend à un choc émotionnel aussi intense que celui que j’ai ressenti devant les statues géantes d’Abou-Simbel en Egypte ou devant le Christ du Corcovado à Rio où les touristes du monde entier ont vu une personne quasi en transe vider la réserve nationale de mouchoirs en papiers pour essorer ses sanglots irrépressibles.

Il y a quelques autochtones qui risquent de bien rigoler.

Côté organisation, j’ai délégué. Quasiment en un clic je suis tombée sur le site du Cercle des Vacances, que je ne peux que vous recommander chaudement. Ils m’ont « fabriqué » un circuit sur mesure mi-autonome, mi-en petits groupes et conseillé vraiment très efficacement.

Ils m’ont avisé par exemple d’éviter en mars la grande barrière de corail prévue au départ : il risque de pleuvoir en cette saison sur cette partie de l’Australie en plus du batifolage annuel des méduses. Pour aller voir la vie sous-marine en palmes et tuba, pas idéal. J’ai donc remplacé les poissons par les kangourous, koalas et lions de mer sur Kangaroo Island.

Je ne m’en porte pas plus mal a priori, je ne suis pas une fan de plongée.

Alors oui, j’aurais pu mettre plusieurs agences en concurrence et comparer les devis.

C’eut été raisonnable.

Mais je suis plus flemmarde que raisonnable et je préfère le confort de me laisser dorloter par une conseillère voyage avisée et aimable  quitte à perdre quelques euros que de perdre de l’énergie dans un comparatif épuisant.

J’aurai ainsi exactement ce que je veux. Des parties complètement autonomes qui me permettront de partir à la découverte à mon rythme et des parties en petit groupe avec guide qui me permettront de socialiser un peu et d’avoir des explications un peu plus poussées sur certains sites ou endroits.

Sans tomber dans l’usine à touristes avec musique hurlant dans les hauts parleurs, cocktail à bord, familles à casquettes et bananes et jeux apéritifs.

Je compte donc désormais les jours jusqu’au 02 mars 2017, date prévue pour mon décollage.

Et  pour paraphraser  Michel, ce poète des temps modernes…

Mes chers amis, je pars.

Je vous aime, mais je pars,

vous n’aurez plus de Manu, ce soir.

(faut que je vérifie mes médocs et que j’en parle au Doc Maboul, j’ai l’impression qu’ils sont un poil trop dosés).

NB. évidemment la photo de couverture n’est pas de moi. J’espère en rapporter une dont je sois VRAIMENT l’auteur dans quelques mois. (c) Crystalinks.com

4 commentaires

  1. Cool Manu. Vivez vos rêves ! C’est le plus important. En parlant de ça, on ferait ben de s’y mettre nous aussi… Moi, ce serait New York en premier. Pas infaisable du tout.

    J'aime

    • Ah non New-York c’est pas infaisable du tout. Un peu cher, mais en prenant un Air BNB, des billets d’avion bien à l’avance et en profitant des hot dogs de rue, on peut s’en sortir à bon compte

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s