Humeurs et humour
Laisser un commentaire

Le passage

Article de futilité moyenne mais d’utilité publique. Enfin je pense.

Chers amis hommes et néanmoins masculins, vous pouvez partir en courant. Vous allez probablement le faire de toutes manières, transis d’horreur, on vous connait.

Chères amies femmes et néanmoins jeunes vous pouvez aussi partir en courant.

Quoique. Ce qui suit pourrait vous servir un jour.

Celles et ceux qui restent, bienvenue dans le monde ténébreux … d’une chose  dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom comme un Voldemort dans la vie d’une femme.

Et pourtant, on va,  ou on a,  déjà toutes franchi ce cap.

Je voulais juste à cet effet partager mon expérience pour  rassurer la terre entière qui s’angoisse  : ça va bien se passer LA MENOPAUSE.

Ca y est je l’ai dit ce mot horrible, tabou, beurk, atroce qui, semble-t-il signe la fin de toute humanité chez une femme.

Alors qu’en fait, non.

C’est juste que tu n’est plus apte à procréer. Sachant que personnellement, je n’ai JAMAIS considéré que le but ultime de ma vie ou la définition de la féminité, voire mon bonheur total passait par le fait d’avoir des enfants, contrairement à ce que la société et le poids du jugement des autres voulait bien nous faire croire.

Avoir des enfants, c’est bien, c’est même un des trucs les plus chouettes dans la vie (surtout les miens, ils sont beaux et intelligents), MAIS ce n’est pas le but ultime de mon existence et surtout ça ne définit pas entièrement qui je suis et ce que je veux faire.

Donc, ne plus pouvoir enfanter « techniquement », écoute, ça va aller, j’ai fait ma part, ce n’est pas trop un souci.

Je ne considère pas non plus que la ménopause signe l’arrêt de mort de toute coquetterie ou plaisir de plaire. Bien au contraire. Bien que toujours bourrée de complexes divers et variés, je me sens même mieux dans ma peau et dans mon style depuis quelques années qu’avant.

Physiquement j’ai eu de la chance, j’avoue. Le passage s’est fait plutôt en douceur.

Pas de bouffées de chaleur intenses, même si mon thermostat interne me permet parfois de circuler en tee-shirt en hiver désormais, pas d’insomnies, pas de prise de poids excessive, pas de problème de peau ni de cheveux, pas de fatigue cyclique. Juste un sommeil un peu plus aléatoire et donc une sensibilité un peu plus accrue à la chaleur.

Et, quand même, cadeau de la testostérone en supplément gratuit : la nécessité de veiller à une épilation régulière et correcte de la zone lèvres-menton, sous peine de ressembler rapidement à un mauvais sosie de mariachi mexicain ou de Freddie Mercury. Prévoir un budget bandes de cire dépilatoire, donc.

Moralement, par contre, il en a été autrement.

Pas tellement à cause du fait de vieillir ou de passer un cap de vie, non.

Plutôt un sentiment d’urgence qui m’a fait penser « bon dieu, il ne me reste plus beaucoup de temps »,  suivi de « qu’est-ce que j’ai fait de ma vie, jusqu’ici ? » .

La première réponse que j’ai trouvé étant « rien ».

Le « rien » m’a fait basculer dans des abîmes de perplexité et de questionnement qui m’ont fait remettre pas mal de choses à plat mais aussi affronter des démons personnels que j’évitais soigneusement jusqu’alors.

Clairement ? J’ai perdu pied. Pendant près d’un an, voire un peu plus. Je me suis fait aider, il n’y a pas de honte à avoir un Doc Maboul qui va démêler l’écheveau de tes angoisses.  Bien au contraire. Le mien m’a bien sortie d’affaire.

Je l’ai déjà raconté ici et remercié à plusieurs reprises.

C’est presque banal, ou normal finalement de remettre sa vie en perspective à ce stade.

Pour repartir de plus belle, drapeau au vent et sourire aux lèvres.

Bref et en conclusion, je n’ai pas l’impression d’avoir fini ma vie en tant que femme, bien au contraire, j’ai l’impression qu’elle recommence. Oui, j’ai un peu moins de temps devant moi, la cuisse moins ferme et quelques ridules.  Et alors ? Ce n’est pas plus mal, je m’oblige, compte tenu du temps qui passe vite à réaliser mes envies et mes rêves ce que je n’osais pas forcément faire auparavant.

En compensation j’ai du temps pour moi. Et surtout une énorme LIBERTE d’action et de pensée. Je n’ai plus à construire ma vie, ma carrière, ou à penser à investir dans un appartement ou à tenter de plaire à des gens qui me sont désagréables par intérêt ou convention.

Tout ceci est derrière moi. Je fais ce qui me plait, je vois qui me plait à presque 100 %.

Je n’ai ni renoncé à m’amuser, ni à séduire, ni à rien en fait.

La ménopause ? Je l’accepte volontiers, c’est la vie, c’est juste la fin d’un cycle (au propre comme au figuré). D’autres cycles viendront, certains peut-être moins joyeux que d’autres.

Je profite donc à fond de la joyeuseté actuelle.

Tu vois ? Il n’y a rien de grave, ta vie n’est pas finie, loin de là.  Si je peux juste me permettre un petit conseil, ayant déjà franchi le « passage » c’est juste de ne pas hésiter à se faire aider sur le plan physiologique ou moral si tu ne te sens pas au mieux à ce moment là. Il n’y a aucune honte et non, tes petits bobos ne passeront pas forcément tous seuls.

Tu ne seras pas remerciée non plus par un cadeau du ciel si tu souffres dans ton coin, contrairement à ce qu’une culpabilité idiote et antédiluvienne voudrait te faire croire.

Il y a plein de solutions pour passer le cap en douceur.

Et de l’autre côté du cap, ça reste très chouette, crois-moi.

Sinon ça va les gens ? Vous êtes encore vivants ? Ah je crois qu’on a perdu quelques personnes que je vois actuellement en PLS dans un coin de la salle.

Envoyez les pompiers. Plein. Une bonne brigade ça serait bien.

Oh ça va, on peut rire, un peu.

NB la photo de couverture n’a que peu de rapport avec le reste, mais elle a été prise à San Francisco, c’est un joli souvenir et j’aime bien cette idée de symbolique de l’envol. C’est mon côté mystico-dingo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s