Fooding & Lifestyle, Humeurs et humour
Laisser un commentaire

La crêpe de l’horreur et l’hôtel des délices

Ou comment vivre Halloween à l’avance péniblement et involontairement et ensuite le jour même très volontairement et très agréablement

Paris est plein de tentations, que je vais essayer d’éviter au maximum dans les mois qui viennent pour mettre quelques piécettes de côté afin d’agrémenter un voyage rêvé de longue date et qui commence à prendre forme.

Pas toujours facile quand il fait un temps radieux et qu’une amie t’envoie un SMS court mais explicite : « brunch ? »

Un brunch en terrasse sous le soleil fin octobre, ça ne se refuse pas et c’est du bonus de vitamine D et de bonne humeur pour les jours froids et sombres qui arrivent à grand pas.

Brunch suivi d’une toute aussi agréable ballade à travers le Marais, les quais de Seine, l’Ile de la Cité et l’Ile Saint-Louis comme des touristes de base afin de digérer d’une part et d’assouvir d’autre part une brusque et immédiate envie de crêpes qui nous mord à la base du coup.

L’envie de crêpe, ça ne se commande pas. Quand il faut en manger une, il faut en manger une.

Nous finissons donc par trouver l’objet du désir, une crêperie, dans la rue des deux-ponts, sur l’Ile Saint-Louis.

Et là plongée dans un univers parallèle de ce qui aurait pu être la maison d’Hansel et Gretel sonorisée par radio nostalgie .

En bref, si ton imagination ne capte pas bien ce que je veux dire : décor figé dans les années 70-80, tout comme les tenanciers, dont le teint pâle et l’âge incertain semblaient indiquer qu’ils se nourrissaient la nuit du sang des touristes égarés qui passaient par là.

Bon, à part Céline Dion en fond sonore, la crêpe était mangeable et le café buvable.

C’est au moment de l’addition que les choses se gâtèrent un poil.

« Pas de carte bleue » m’annonce le serveur qui me faisait un peu penser à Riff Raff dans Rocky Horror Picture Show. Sans perruque.

Ok, donc, en pleine zone touristique ET en 2016, il y a donc encore un estaminet qui ne prend pas la CB. Preuve supplémentaire sur le fait que la crêperie de l’enfer subsiste dans une faille spatio-temporelle. Et évidemment, ce n’était indiqué NULLE PART (sinon ce n’est pas drôle).

Ce qui contrarie un poil la bonne parisienne que je suis qui se balade régulièrement sans une once de monnaie sur elle.

Mais bon, qu’importe, un distributeur trônait fièrement quasiment juste en face…

Eeeeeet, vide.

De même que tous ceux sur les deux Iles. 4 distributeurs, soit vides, soit en panne.

J’ai du courir jusqu’à l’Hotel de Ville à travers la foule dense de ce dimanche ensoleillé, trucider quatre ou cinq touristes japonais, renverser des poussettes et écraser quelques hipsters pour enfin atteindre le Saint-Graal… Mobilisé PAR TOUTES LES MAMIES du quartier qui retiraient leurs économies pour jouer au quinté plus. Je te passe les avanies d’oubli de code et de lenteur d’opération de retrait liée à Parkinson.

(oh ça va je peux me moquer ça m’arrivera plus tôt qu’à toi)..

Pendant ce temps d’aller-retour, impossible de prévenir mon binôme car son téléphone était déchargé. Elle se morfondait donc, attendant mon retour dans la crêperie diabolique avec l’intégrale de Michel Sardou et deux ou trois conflits patronne-clients liés à la fameuse absence de CB, à base de « vous êtes une voleuse, Madame ».

Quand j’ai enfin pu revenir essoufflée et transpirante après une marche forcée de plus d’une demi-heure, inutile de te dire qu’on a quasiment jeté notre monnaie à la figure des crêpiers démoniaques en se promettant qu’on allait leur faire une publicité aux petits oignons.

Dont acte. Tu as Crêperie – rue des Deux Ponts – Ile Saint-Louis. Je ne te donne pas le nom mais c’est facile à trouver. N’y va pas comme chante Jean-Jacques. Sous peine de finir probablement bardé(e) de lanières de cuir à la cave avec la patronne qui te chantonne du Michèle Torr à l’oreille.

On a fini par en rire et oublier nos soucis en allant admirer le coucher de soleil sur les quais de Seine et à la pyramide du Louvre. C’était magique.

 

En revanche, le lendemain soir VRAIE veille de Toussaint et Halloween pour les paganos-américanophiles que nous sommes, ce fut beaucoup plus agréable.

Si tu aimes les beaux endroits, la musique de jeune moderne à base de DJ et les cocktails mitonnés sur mesure, je ne peux que te conseiller un très très bel endroit qui nous a accueilli pour l’ouverture de la deuxième édition de son  « mois particulier ». Avec ambiance musicale, déco spéciale Halloween, monstres à tous les étages et salon de coiffure Kerastase dont je remercie les coiffeurs qui ont réussi à me transformer en Lauren Bacall pour la nuit.

 

 

 

l’Hôtel Particulier Montmartre te propose donc un mois d’évènements journaliers  éclectiques  : rencontres avec des personnalités, ateliers, expositions, performances artistiques, session de musique live et bien sûr des soirées dans l’établissement tout entier.

14876420_1112583708791584_4205727073471269275_o-1

A l’intérieur ET à l’extérieurs dans les jardins chauffés, tu pourras siroter des cocktails de vodka Zubrowka, au Très Particulier et dans le salon principal on plonge dans une forêt tropicale, tandis qu’au premier étage tu trouveras un bar Veuve Clicquot Rich  au sein d’une ambiance chalet moderne.

 

Cerise sur le gâteau, trois suites restent disponibles aux étages supérieurs pour faire la fête entre amis  si tu as un peu les moyens ou beaucoup d’amis à qui tu peux emprunter de l’argent !

Seul petit hic je me suis aperçue que mes photos nocturnes « d’ambiance » étaient majoritairement loupées, à part quelques-unes prises par mes amis où je tente de faire la vamp.

Tu devras donc aller sur place pour te rendre compte !

(juste un petit tuyau l’hôtel étant situé au bout d’une petite allée au pavés très irréguliers, pour y accéder, met plutôt tes baskets et prends tes stillettos dans ton sac).

#LeMoisParticulier, tous les jours, de 18h à 2h. jusqu’au 4 décembre 2016
Programmation en ligne www.lemoisparticulier.com

L’hôtel Particulier Montmartre  c’est 25 avenue Junot – 75018 Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s