Mois: juillet 2016

L’affaire est dans le sac

Ou dans la pochette plus précisément. Ma mère m’ayant fait un cadeau somptueux sous la forme de sa pochette de mariage en chevreau bleu-gris totalement vintage fifties, totalement introuvable et donc totalement sans prix que je ne cède pour rien au monde, ( en photo d’en-tête regardez-moi cette beauté) je me suis dit en moi-même personnellement qu’au lieu de faire un billet long et fastidieux à écrire pour moi et à lire pour toi en ces temps estivaux où on a envie de se vider le cortex, je commençais à avoir une jolie collection de pochettes diverses et variées, offertes ou récupérées que je me devais de montrer à la face envieuse de l’univers. Et qu’il fallait absolument que je te parle de ma quête du sac idéal qui après des dizaines d’années a finalement touché à sa fin. Car, après tout, si on a pas un blog pour faire baver de jalousie la terre entière, franchement, à quoi ça sert ? Ceci est donc un billet spécial maroquinerie luxuriante. Commençons par La minaudière ultra-kitsch …

Il ne faut pas….

… Passés 30/40 ans Porter un short en jean déchiré (selon le journal Marie-Claire) Mettre un bikini à la plage (selon le Figaro Madame) Et, selon une étude américaine, Porter des jeans skinny et/ou déchirés Monter sur un hoverboard Faire des vidéos ridicules Ou des photos avec des Hell’s Angels Boire des coups dans les bars avec des amis Avoir des tatouages Jouer de la guitare électrique. Voilà, je fais bien tout ce qu’on me recommande.   Et surtout je m’en tamponne les ovaires force 45 sur une échelle allant de Blondie à Mariah Carey des diktats des magazines féminins et de quelques soit-disant gurus du style. Ne lâchez rien les filles. Jamais. Rien. (featuring les amis qui se reconnaîtront)

Brunch, brunch, brunch

Ami(e)s outre-périphérique, voire plus loin, tu le sais, le bobo parisien gauchisto-écologiste en cachemire bio 4 fils et jean de coton éthique qui travaille dans le ouèbe (ou PIRE est journaliste à la solde des syndicats) passe tous ses dimanches à chercher THE brunch parfait dont il pourra parler dans les dîners en ville avec ses pairs. C’est un sport local avec trouver la terrasse idéale ou le rooftop branché en été où tu pourras voir passer la foule et perdre ton temps avec des boissons hors de prix à te moquer des gens qui passent et de leur tenues fashion police. Ou a piquer un bon fou rire quand un joueur de pokemon go se prend un réverbère. Ca nous prend énormément de temps du coup on a abandonné le yogging (c’est pour les faibles et déjà démodé de toutes manières) . J’en ai testé récemment trois. Du moins cher au un poil plus luxueux, mais on a qu’une vie, autant la remplir en mangeant des trucs bons. Je te livre donc les clés …

Like a boss

  Sans vouloir jouer les anciennes combattantes, en quelques décennies de musicalité musicale, j’en ai enquillé, des concerts. Et pas des moindres, j’ai vu des mythes confirmés et quelques-uns en devenir. Les Who et les Stones pas encore momifiés, Bob Marley halluciné et hallucinant, Prince pas encore très connu, AC/DC à leurs presque-débuts, le premier grand concert de Téléphone en première partie d’un groupe aujourd’hui oublié, Bowie période Station to Station, Tina Turner renversant totalement Bercy d’un coup de rein et tant d’autres. Oui j’en ai vu, du pire au meilleur. Des salles qui donneraient aujourd’hui des frissons aux responsables sécurité, des chaises et des bouteilles voler de partout, des groupes qui ne regardaient pas leur montre et jouaient tant que le public réclamait, des amplis qui sautaient, des mélodies parfois aléatoires et des accords pas très justes. Des musiciens qui tombaient dans le public emportés par leur élan. Des mouvements de foule à la limite de la panique. Pourtant, j’ai loupé quelques monuments. Des artistes aujourd’hui morts ou à la retraite et que malheureusement …

Out of San Francisco

Suite et presque fin de la série de billets de voyage. Sois rassuré, jeune internaute folâtre, on en voit bientôt le bout. Comme je le disais dans les billets précédents il est facile de circuler à San Francisco y compris pour traverser les baie. Des ferries relient différents points avec une fréquence très régulière au départ de la gare maritime  située en plein centre ville. Il ne faut donc pas se priver d’aller voir de l’autre côté du Golden Gate Bridge si on y est. Je te recommande chaudement un petit tour dans la Nappa Valley (faite à ma première visite), la route des vins locales, avec de très jolies caves à visiter pour les amateurs with dégustation des vins californiens, dont certains tiennent vraiment la route et le palais, et des petites villes au décor typiquement californien à explorer sans modération. Cette fois, j’avais opté pour quelque chose de plus classique mais à voir sans aucune hésitation. Angel Island et Alcatraz d’une part et Sausalito d’autre part. Angel Island et Alcatraz Sur la recommandation …

Game of Thrones, une série définitivement féministe

Attention megaspoilers, si tu ne fais pas partie des 75 % de la population terrestre qui pleure la fin de la saison 6, passe ton chemin.  Pour changer un peu de San Francisco et persister dans mes lubies, je voulais prolonger et reconfirmer un article rédigé il y a quelques temps par moi-même en personne dans les colonnes de l’Express. Nous étions alors en 2014, c’est-à-dire à la saison 4 de la série actuellement la plus regardée dans le monde et je me campais déjà sur mes deux jambes en criant bien fort que oui, malgré le fait qu’apparemment Westeros était dominée par de gros machos se tapant sur la tête à coup de masse et n’enlevant leur armure que pour lutiner de la servante docile, le girl power était bel et bien présent à tous les étages. Exemples à l’appui. Et ils ne manquaient déjà pas. La suite (et la fin pour l’instant) m’a donné raison. Car qui, hein, QUI a posé son joli popotin sur le trône de fer, du moins pour le …

Les chroniques de San Francisco parte tou

Suite des pérégrinations San Franciscaines commencées hier  avec deux autres quartiers de la ville Ocean Beach, China Beach et Sutro Park Moins connu que d’autres endroits de la ville, et donc moins touristique, le côté plage de San Francisco ne manque pourtant pas d’attraits. Pas pour s’y baigner, en revanche. L’eau est froide et les courants dangereux. Ce qui ne fait pas reculer les surfeurs. La plage d’Ocean Beach qui était au bout de ma rue n’a rien d’extraordinaire, mais elle a le mérite d’exister. En revanche, en poussant un peu plus loin le long de la côte on trouve China Beach, qui elle, vaut plus le coup d’oeil. La ballade permet aussi de longer la pointe du Golden Gate park qui a la particularité d’abriter 2 moulins à vent assez rigolos dont le deuxième, le Dutch Windmill a été donné par les Pays-Bas à la ville, comme son nom l’indique et trône dans un jardin planté de tulipes au printemps qui offre à nouveau un coin de sérénité totale à ceux qui y passent. …

Les chroniques de San Francisco

Après près de 10 ans, enfin a sonné l’heure du retour vers un de mes endroits préférés dans le monde. Ce voyage, j’en ai longtemps rêvé, je l’ai attendu, et malheureusement c’est déjà fini. Trop vite. Mais j’en garde de merveilleux souvenirs et des provisions de soleil dans la tête pour quelques mois. Que te dire de cette ville ? Je l’aime d’amour, je m’y sens bien et chez moi. Et elle procure de pures sensations de bien-être et de calme intérieur. Pour celles et ceux qui n’y seraient jamais allés, quelques informations pratiques. 11 h de vol à l’aller, 10 au retour, 9 h de décalage horaire que je suis encore en train d’absorber avec des insomnies et faim à n’importe quelle heure, mais évidemment ça vaut le coup. San Francisco est une des rares villes  américaines restée sur un modèle européen. La voiture n’y règne pas en maître et tu peux te déplacer partout à pied, en bus ou en métro en cable car ou en trolley car fifties (à faire absolument). Le …

Bonjour, c’est pour une réclamation

Initialement, je voulais faire un joli billet plein de photos qui font envie sur mon récent voyage à San Francisco afin de susciter la jalousie de mes contemporains (qui va venir, ne vous inquiétez pas, j’adore trop qu’on me déteste pour manquer une telle occasion). Mais, il y a un petit truc qui me rend chafouine. Et quand je suis chafouine, j’ai malheureusement tendance à l’ouvrir plutôt qu’à courber le dos et à me taire. Je ne suis pas méchante, je suis faite comme ça (Jessica Rabbit, si tu nous écoutes…) Malheureusement pour les gens qui me rendent chafouine, entendons-nous bien. Si tu suis un peu ma vie qui n’a pas grand intérêt, c’est bien pour ça que j’en parle, j’écris ou plutôt on va bientôt conjuguer le verbe à l’imparfait, j’écrivais des chroniques medias – people sur Le Plus de l’Obs. Ce depuis deux ans. Au départ, tout se passait au mieux dans le meilleur des mondes avec une collaboration fructueuse des deux côtés, du moins je l’espère. Et puis les choses se sont …