Musique
Laisser un commentaire

On stage

Hier soir j’ai vu une fille frapper une pauvre batterie qui ne lui avait rien fait en hurlant dans un micro.

Talentueuse, la miss, ça m’a donné encore plus envie de me mettre à la batterie à mon tour (un vieux rêve, un de plus).

Avec ma coordination défaillante, c’est pas gagné. Déjà que ma main gauche ignore ce que fait mon pied droit et que ma tête ordonne des trucs, mais mes membres n’en tiennent aucun compte en fait.

Ceci dit malgré ce handicap j’arrive quand même finalement,  en suant à grosses gouttes, à faire que mes DEUX mains se coordonnent pour sortir des sons d’une guitare.

Je ne vois donc pas pourquoi je n’arriverai pas à faire poum-poum-tchac en rythme sur une caisse claire.

Ce serait même un excellent exercice.

Oui, hier soir, j’ai pris conscience aussi que mon autre vieux rêve de re-monter sur une scène pour hurler dans un micro, même pour 3 personnes ivres mortes,  il fallait que j’arrive à le réaliser. C’est CA que je veux faire. Précisément.

Ou refaire. Car dans une galaxie très très lointaine, je l’ai déjà fait. Oui, coming-out, j’ai braillé dans un micro avec des chevelus qui massacraient leurs instruments derrière moi.

C’était horrible musicalement parlant, et vocalement parlant aussi, mais on rigolait bien.

A l’époque je faisais la meilleure imitation de Robert Plant sur le marché, cheveux compris.

Remonter sur une scène, c’est pas gagné non plus. Les premières fois j’étais totalement inconsciente, et petit à petit une espèce de phobie paralysante m’a gagné.

Dès que des yeux inconnus se braquent sur moi, je perds complètement mes moyens et ma seule pensée en arrivant sur une estrade est « tout le monde me regarde, j’ai un truc qui ne va pas j’ai du oublier de fermer ma braguette/coincer ma jupe dans mon collant/me maquiller au Karcher et ressembler à un panda/ je suis grosse/je suis moche/qu’est-ce que je fais là/ je suis ridicule /je veux mourir ».

Ma seule obsession est de quitter la lumière au plus vite pour retrouver l’anonymat et l’ombre bienfaisante.

Pourtant, quelque chose me pousse en avant. Une voix intérieure qui me dit « vas-y ma fille, qu’est-ce que tu as à perdre ? »

Rien en fait, je n’ai rien à perdre.

Faut juste que je travaille

Et ça c’est pas gagné non plus vu ma tendance naturelle au rienfoutisme.

Triple barrière à sauter donc avant de mettre un pied devant un public quelconque.

Mais je suis une jument de course. Et s’il n’y a pas de barrières à sauter, ce n’est pas très drôle non plus.

Trop de facilité tue le game.

(sur la photo de couverture il s’agit donc non pas de moi mais des Klinck Clock, talentueux duo très rock en concert hier soir au Trabendo. On en entendra certainement reparler d’eux très bientôt, à voir absolument s’ils passent près de chez toi, ils ont vraiment un belle énergie qui emporte tout sur scène. Et même si la qualité de la photo n’est pas top, je le reconnais, j’aime son mouvement qui restitue assez bien l’ambiance du concert).

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s