Humeurs et humour
4 commentaires

Le mystère Snapchat

C’est le réseau social qui monte, le préféré de nos ados, post-ados et jeunes adultes, apparemment.

Il FAUT y être sous peine de hasbinnage total et immédiat, d’être coupé(e) totalement de la hype et de ne plus rien comprendre aux références de ses relations en ligne.

Sauf que.

Je me suis inscrite par curiosité, j’y suis allée 2 ou 3 fois, des gens m’ont ajoutée spontanément (la classe)… Et je n’y comprends rien.

Enfin, plus spécifiquement, je ne comprends pas l’utilité du truc.

Des photos éphémères, des trucs qui clignotent dans tous les sens et en prime un logo d’un jaune hideux.

Quelle est l’utilité ? Probablement aucune comme tous les réseaux sociaux d’ailleurs.

Mais dans l’inutilité, quelle est précisément son inutilité ?

Apparemment, partager à tous moment son petit déjeuner, dîner, ses sorties, ses amis, voire son intimité intime et plus si affinités.

Ca implique donc de mettre sa vie en ligne en permanence et de regarder celle des autres en permanence aussi.

Ah.

Alors on va dire que j’adhère moyennement.

Je partage déjà suffisamment ma vie et mes réflexions en ligne pour

1/ Dire que ça me semble suffisant

2/ Dire aussi – désolée – que regarder le petit déjeuner ou les chaussettes sales de mes contemporains m’intéresse assez moyennement

3/ Vouloir garder une part de mystère ce qui ne me semble pas si mal.

Je n’ai pas envie qu’on sache où je suis ni avec qui à toute heure de la journée. Je n’ai pas envie qu’on regarde ce que  j’ai dans mon assiette en permanence. Ni forcément ce que je suis en train de faire là maintenant tout de suite.

Globalement on va dire que 50 % de ma vie n’est pas digne d’intérêt à moins d’avoir un ego surdimensionné au point de penser que ça peut passionner les gens de savoir quelle marque de dentifrice j’utilise.

Globalement aussi – et re-desolée si je brise quelques illusions – on va dire que 50 % de votre vie à vous ne m’intéresse pas non plus.

Surtout si elle est mise en scène, ce qui doit représenter environ, allez, 90 % de ces 50 %.

(ouhla je m’y perds, je suis nulle en maths)

Oui, oui, ne dites pas le contraire, je le sais, je le fais aussi.

Je suis une victime consentante pour satisfaire mon petit ego. Mais lucide, enfin j’espère.

Les réseaux sociaux sont un miroir moderne où nous, petits Narcisse contemporains nous regardons le nombril voluptueusement, jour après jour, statut Facebook après statut Facebook, Instagram après Instagram.

Moi je, moi je, moi je m’aime à tous les étages.

Et bien, aussi autocentrée que je puisse être, et dieu sait que je peux être autocentrée, j’ai décidé de ne pas m’aimer autant.

Snapchat clignote un peu trop fort à mon goût. Je crois que je vais le laisser aux jeunes cette fois et passer mon tour en évitant de me faire des têtes de chien ou des vidéos avec du vomi licorne.

Je garde mon compte, cependant. Parce que….

Si je reprends tous mes commentaires de l’époque

Twitter 2009 « je ne comprends rien, je ne vois pas à quoi ça sert ».

Instagram 2011  « je ne comprends rien, je ne vois pas à quoi ça sert ».

Facebook 2012 « je ne comprends rien, je ne vois pas à quoi ça sert ».

Snapchat 2016 « blablablablablabla ».

(on connait la suite).

 

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s