Fooding & Lifestyle, Sorties ballades voyages
Laisser un commentaire

Meilleur repas de l’année

Vegans, passez votre chemin, ceci risque de heurter votre sensibilité.

Comme d’autres arrondissements de l’Est Parisien, le 19ème, mon quartier  se gentrifie assez rapidement. Longtemps resté un peu isolé compte tenu de sa situation géographique excentrée, et plus ou moins bien desservi (les initiés connaissent la fameuse ligne 7bis, la ligne où tu attend ton métro 10 minutes pour faire un trajet qui dure 3 minutes), le 1-9 qui offre encore de beaux espaces aménageables à des prix restés raisonnables, intéresse de plus en plus les investisseurs et la hype parisienne.

Le 19ème, contrairement à d’autres arrondissements offre également un bien précieux à Paris : l’espace. Entre parcs et canal ce ne sont pas les espaces libres ou de promenade qui manquent.

Les Buttes-Chaumont sont devenus LA pelouse incontournable dès qu’il fait beau avec le Rosa Bonheur blindé en permanence. Même s’ils existe dans le parc d’autres restaurants et cafés bien plus agréables et plus discrets, nichés dans la verdure.

Le Parc de la Villette est  un point central de la culture parisienne avec ses expos et ses concerts, La Cité des Sciences, la Grande Halle,  le Zenith, le Trabendo, le cabaret Sauvage, la Philarmonie et d’autres lieux encore déjà existants ou à venir.

Quant au Canal côté Ourcq-Villette, il s’aménage vitesse grand V.  Longtemps un endroit glauque les dealers de crack et les SDF ont été remplacés par des familles en balade, le public des cinémas MK2, celui des concerts au Point Ephémère ou les lézardeurs qui viennent traîner avec une boisson sur la jolie  terrasse de la Rotonde de la Villette ou des nouveaux bars le long du bassin.

Preuve ultime, en sortant il y a peu du MK2, j’ai fait le classique ciné-McDo dans celui situé à la sortie du métro Jaurès, juste en face de la Rotonde de la Villette. A 22 h il y a quelques années, on y entrait en mode commando en faisant attention à ses affaires. Aujourd’hui, c’est rempli de bonnets, de barbes et de tatouages tout à fait fasheunes.

Même l’avenue Secrétan, artère commerçante un peu tradi qui remonte de Jaurès jusqu’aux Buttes-Chaumont se modernise à son tour. Au milieu de la rue, existait une Halle type Baltard à moitié abandonnée à part quelques stands de marché un peu poussiérieux. Elle a été entièrement réaménagée et restructurée à part la façade et à l’intérieur, on trouve désormais des magasins, une salle de sport, un marché producteurs et des restaurants.

Dont celui de Hugo Desnoyer, boucher parisien très réputé. Un restaurant spécial viandards, donc.

Qu’en bons carnivores, nous nous sommes empressés d’aller tester avec des amis.

Si tu aimes la bonne viande, je n’irai pas par quatre chemins, oublie toute notion d’Hippopotamus et cours.

Sans longuement développer la carte ou un préambule, c’est une pure tuerie.

Nous avons longuement cherché un quelconque petit défaut, il n’y en a pas. Tout était parfait, du décor entre vintage, montagnard et peau de bête, très chaleureux, au service et surtout à la qualité de la viande. Des morceaux comme tu n’en as pas mangé depuis longtemps : tendres, savoureux, goûteux, fondants. Accompagnés de petits légumes braisés à la perfection et d’une purée savourée comme une gourmandise. Jusqu’aux desserts partagés : une compote de pomme tellement fluide qu’elle ressemblait à une crème accompagnée d’une glace à la vanille à peine sucrée, idéal pour faire passer l’énorme morceau de viande que nous avons fini malgré nos craintes initiales tellement il était bon. Et une tarte au chocolat renversante avec une pointe de sel et pourtant dieu sait que je ne suis pas une fan de ce gâteau habituellement.

Sans oublier un petit vin tout à fait charmant.

On était tellement bien qu’on a traîné à table un bon petit moment.

Le déjeuner a donc duré assez longtemps, car, mais on est prévenus, il faut patienter un peu pour avoir son plat. Respect total des temps de cuisson ET des temps de repos de la viande a posteriori, le temps que tous les arômes et les sucs imprègnent bien la pièce.

Reste le prix. Oui, soyons clairs, ça pique un peu. Les plats de viande sont entre 30 et 40 euros. Mais une expérience gustative unique, parfois, ça n’a pas de prix.

Pour les gourmets un peu moins argentés, le restaurant propose un menu dégustation entrée-plat ou plat-dessert à 22 euros à midi en semaine qui leur permettra de goûter à la divine barbaque pour un prix plus raisonnable.

Et pour clôre définitivement le débat végans-viandards, je préfère désormais manger effectivement beaucoup moins de viande mais de qualité. En revanche m’en passer totalement, pour l’instant, il n’en est pas question, quitte à faire hurler certains ou certaines.

La Table d’Hugo Desnoyer c’est Halle Secrétan, Avenue Secrétan, 75019 Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s