Ciné, télé, séries, Humeurs et humour
Laisser un commentaire

Oh Amy !!

Parfois le ouikende je regarde des films sur les internets.

Parenthèse

Quoi ? J’ai le droit, je suis la mère des internets, personne n’a rien à me dire.

Oui, certaines sont les mères des dragons, d’autres des mères-dragons, d’autres des mères parfaites, moi je suis la mère des internets, sache-le. Tout le monde m’appelle « maman » vu qu’effectivement je pourrais être facilement la mère de la moitié des gens que je fréquente.

Et re-oui, je traîne avec des jeunes. J’arrive pas à m’en décramponner, probablement un problème d’oedipe mal résolu.

Fin de la parenthèse.

Donc parfois le ouikende je visionne des pellicules.

Et parfois je n’ai pas envie de me prendre le chou avec des films Afghans de 8 heures sur la condition de la femme dans les villages perdus dans la montagne.

Donc je mate une bonne vieille comédie à 2 balles, histoire de me vider le cortex.

Je tombe donc sur « Trainwreck » en VO avec Amy Schumer . Amy FUCKING Schumer. LA SCHUMER, la fille la plus totalement marrante et libérée de l’univers. Celle qui dynamite le féminisme et l’humour au féminin à la télé et sur les scènes US. La reine du stand up et du trash. Celle qui ne tourne absolument pas sa langue dans sa bouche avant de parler.

Une sorte d’icone absolue.

Je me dis « banco, elle va tout déchirer en gueulant »VAGIN BITE COUILLES » à toutes les scènes (sa grande spécialité) et faire exploser la morale

En gros l’histoire est celle d’une trentenaire, brillante rédactrice dans un journal trendy pour hommes,  qui enfant a été persuadée par son père en train de quitter sa mère que la monogamie n’était pas une bonne solution.

Du coup elle enchaîne les histoires sans lendemain avec des beaux gosses décérébrés jusqu’à ce que son journal l’envoie faire un reportage sur un brillant chirurgien orthopédiste qui n’a rien à voir avec les hommes qu’elle a connu jusqu’alors.

Et…. Qu’on enchaîne pour ma plus grande déception sur tous les poncifs de la comédie sentimentale made in USA.

En gros la morale du film c’est « bon c’est ok tu peux te taper tout ce qui bouge même si tu es une femme (merci Bernard), MAIS finalement ça te rend malheureuse et l’amuuuuuur en couple c’est ce qu’il y a de mieux pour ta santé et ton cholesterol ».

Oh Amy, pourquoi ? Pourquoi toi ? Pourquoi tu tombes dans ces clichés idiots ? Pourquoi faire ce film si convenu alors qu’au départ c’était plutôt rigolo cette fille qui n’en a rien à foutre de rien et qui ne veut surtout pas avoir une vie convenable.

Je n’ai rien contre la monogamie et l’amuuuuur en couple qu’il est beau. Mais est-ce vraiment la bonne solution pour la terre entière ?

Je te le dis comme je le pense : non.

Malgré le fait qu’on nous bassine depuis nos couches-culottes sur le fait que le couple est la solution à tout les problèmes et qu’il FAUT NE PAS être seul pour être heureux, je te le redis.

Non.

Le couple ne convient pas à tout le monde. Certains ne sont pas fait pour ça. Et sont nettement plus heureux à s’occuper juste d’eux-mêmes plutôt que de gérer un conjoint.

Le couple N’EST PAS un modèle universel.

Pire ce que montre le film où l’héroïne renonce à sa vie de « débauche » pour tenter de plaire à son boyfriend est une terrible erreur.

On ne change pas sa vraie nature. Jamais. Ce qu’on tente d’enterrer pour former un binôme ressort toujours à un moment ou à un autre. Et parfois très violemment.

Bref, ce que je tente de dire peut-être un peu maladroitement c’est qu’il n’y a pas de modèle, pas de schéma, pas de règle à suivre « pour faire comme tout le monde ». Si on est heureux à deux, parfait. C’est très chouette, vraiment je le pense. Je souhaite à tout le monde de connaître définitivement ou temporairement cet état de grâce où on se gazouille des idioties dans l’oreille.

Mais si on est heureux seul, ou sans partenaire fixe ou à 3, à 4, à 5, à 12500, c’est bien aussi.

La pression sociale qui EXIGE que tu sois en couple sinon c’est la mort à brève échéance et le malheur et une pluie de criquets voraces qui vont s’abattre sur toi est très difficile à éviter.

Il faut savoir prendre beaucoup de recul pour s’en extraire.

Mais parfois ça vaut la peine pour réaliser ce qu’on veut vraiment.

Quant à toi, Amy, j’espère que tu vas rattraper le coup.

Sinon je change d’idole.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s