Humeurs et humour
4 commentaires

Voyage en Absurdie

Si tu suis un peu mes activités (et dans ce cas j’en suis flattée), tu sais peut-être qu’il m’arrive d’écrire ailleurs contre rémunération.

Pour ce faire et pouvoir être payée tout à fait légalement, j’ai opté pour le régime auto-entrepreneur, vu le volume annuel modéré de mes collaborations.

Bien évidemment, ce régime suppose qu’on paye déjà des contributions à l’état. 25 % des gains amassés à la sueur de notre plume, très exactement que l’on doit déclarer et verser au RSI, un organisme supposé faciliter la tâche des auto-entrepreneurs avec un régime simplifié.

Mais qui s’avère être finalement une énorme usine à gaz. Ceci étant une autre histoire.

Très bien, contribuons au redressement national. Après tout c’est aussi le montant des prélèvements standards sur une fiche de paie quand on est salarié.

Or, quel ne fut pas ma surprise et ma stupéfaction quand, il y a quelques jours, je reçois une douce missive parfumée de mon percepteur m’enjoignant de payer manu militari une taxe foncière sur mes locaux. Missive assortie d’un certain nombre de références et d’abréviations totalement obscures.

Dans ce cas, j’applique toujours le principe fondateur de l’économie libérale « ne jamais payer sans comprendre pourquoi ».

Je renvoie donc un mail harmonique à mon percepteur en lui demandant le plus poliment possible (il faut toujours rester civil avec l’impôt) « de quoi que tu me causes, bitch ? Je raque déjà le RSI et je travaille sur MON bureau que j’ai de moi chez moi. Sur lequel tu me pompes déjà les impôts fonciers. Avec mes salutations distinguées « .

Quelques jours plus tard, l’homme en noir (je suppose qu’ils sont tous en noir et qu’ils complotent pour nous asservir secrètement) me répond « bonjour ma douce, permettez-moi de répondre à votre requête si joliment tournée. Il s’avère que la taille et la gabelle n’étant pas suffisantes, nous, Louis XX, roi de France, avons décidé dans notre grande lumière de nous permettre de vous solliciter en tant que phare de l’entreprenariat Français et de la connaissance, pour payer un impôt foncier sur ton bureau même s’il est ton bureau de toi. Dans ma grande bonté, je t’exorcise, et t’autorise à me verser uniquement 67 euros, pour financer mes bons plaisirs ». Signé « Ton percepteur que tu kiffes ».

Voilà.

Je me retrouve donc, petit auto-entrepreneur gagnant péniblement 3 euros 6 cents par an à devoir verser 67 euros au fisc pour exister dans MON appartement sur lequel je paye DEJA des taxes foncières.

Ce n’est pas tellement la somme, somme toute peu importante qui me chiffonne. C’est l’absurdité du truc.

Un impôt sur l’impôt en quelque sorte.

Et encore, j’ai appris en discutant avec mes consoeurs sur Facebook que 67 euros, c’est aussi lié à la bonne fortune d’habiter Paris.

Ailleurs ça peut être bien plus élevé. Visiblement jusqu’à 400 euros.

De quoi décourager les vocations de micro-entreprise, y compris à domicile.

Alors qu’une des solutions pour limiter le chômage (mais pas la seule et unique, ne versons pas dans le populisme) est peut-être justement d’encourager au maximum ce genre d’initiative.

Ah j’oubliais, si, pardon, on m’encourage. On m’exonère royalement de la première année de cette taxe foncière sur mon propre bureau déjà taxé par la taxe foncière.

A ce stade, je ferais peut-être mieux d’abandonner l’écriture et d’envisager le prostiputisme au black. Ce sera plus rentable.

Et encore, connaissant nos amis du fisc, ils sont capables de le renifler et de me demander une taxe sur mon propre lit, lui aussi déjà taxé par la taxe foncière.

Vive la France (ou pas).

(je mets la photo de mon propre lit, histoire que mon percepteur évalue le montant de la future taxe litière qu’il va donc me coller très prochainement)

(et puis tavu, si tu suis un peu, j’ai un nouveau rideau en solde au BHV à quasiment rien du tout, et j’ai retrouvé une housse de couette super-kitsch et pile poil chouette pour le coin dodo du new bureau) (c’était le point déco)

4 commentaires

  1. Ma soeur renonce finalement à se mettre auto-entrepreneur pour combler son temps partiel à cause de cette taxe foncière qui le ou elle habite pourrait avoisiner les 400€ en gros peut être la moitié de ce qu’elle gagnera par an !

    J'aime

  2. Je suis aussi passée par là… mais 226 € (!) en habitant en banlieue parisienne. Du coup j’ai rangé mon bureau, je me suis dit qu’à ce prix là, il méritait bien un petit rangement !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s