Humeurs et humour
2 commentaires

L’instant psy

Parfois on me demande « mais pourquoi tu as changé de blog alors qu’il marchait bien ? »

(oui, parfois on me demande des trucs, sache-le) (je réponds ou pas selon mon humeur du moment).

En gros j’ai changé de blog /de domaine/ et tout recommencé à zéro ou presque parce que

1/ Je ne pouvais pas faire ce que je voulais facilement sur l’ancien

2/ Et surtout il me rappelait de mauvais souvenirs que j’ai envie de laisser derrière moi.

Je l’avais commencé à une période délicate où, comme ça arrive parfois dans une vie, toute forte que tu soit, trop de questions, trop de doutes, trop de fêlures, trop de chocs et pas de réponses, ton moral s’effrite lentement mais sûrement.

Plus tu vas mal, plus tu t’étourdis pour oublier. Plus tu t’étourdis, plus tu vas mal. Plus tu vas mal, plus tu te raccroches parfois aux mauvaises personnes au mauvais moment. Et tu vas encore plus mal, et tu t’étourdis pour oublier, etc, etc…

C’est un cercle vicieux qui te fais perdre progressivement ta lucidité et ta sérénité. Et puis toute pensée cohérente.

Pour ne plus voir que du gris, du noir, un long tunnel avec plus de lumière au bout, rempli d’angoisses et de fantômes.

Si tu as la chance d’avoir un solide instinct de survie (merci la génétique), tu te rends compte  à un moment que ça ne peut plus durer et que tu ne t’en sortiras pas toute seule.

Tu vas frapper à des portes. Parfois plusieurs, jusqu’à trouver la bonne.

Ma bonne porte est celle de celui que j’appelle le Doc Maboul.

Qui m’a été chaudement recommandé par quelqu’un qui a vécu une expérience similaire.

(et que je ne remercierai jamais assez).

Mon Doc Maboul m’a sauvée. Evidemment parfois je peste parce qu’il ne me dit pas grand chose et surtout ne me donne aucun conseil. Du moins en apparence.

Il me coûte un bras et deux reins aussi. Car apparemment c’est une pointure de renommée intersidérale.

Il m’empêche donc de m’acheter des trucs futiles et de partir en vacances quand j’aimerais le faire.

Mais le peu de paroles qu’il échange avec moi porte se fruits et dénoue peu à peu les noeuds inextricables que je m’étais auto-infligée au cerveau.

Je crois donc fermement que sa réputation de pointure n’est pas usurpée.

C’est long, c’est cher, il y a des retours en arrière. C’est un cheminement. On ne résout pas des problèmes enfouis ou accumulés depuis des années en une pirouette et un coup de baguette magique.

Problèmes de riche ? Peut-être. Je refuse désormais de culpabiliser, car comme disait une autre psy consultée précédemment à qui j’avouais mon incompréhension devant tant de souffrance parce que matériellement j’avais tout pour être satisfaite « Madame, quand on est dans la survie, on a des problèmes de survie, quand on a dépassé ce stade on peut avoir des problèmes de vie, qui restent de VRAIS problèmes ».

Mon compte en banque est donc dans le rouge tous les mois, je ne me paye plus de voyages exotico-luxueux MAIS ça vaut largement le coup. Je vais mieux. A défaut d’aller bien à 100 %.

Mon côté pessimisto-destroy-fuckyou-jevousdétestetous me soufflant d’ailleurs que je n’irai probablement jamais bien à 100 %, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs.

(au passage ne croyez jamais les gens qui vous jettent leur bonheur à la figure) (en général ils vont très mal).

Je vais donc mieux. L’avenir à défaut d’être radieux, n’est plus un long tunnel sombre mais  une agréable page blanche sur laquelle je peux choisir d’écrire ce que je veux. Mes amis me trouvent à nouveau fréquentable, plus ouverte, moins agressive, moins sur la défensive en permanence.

Je croule assez sous les invitations et les projets. Ca doit en être une preuve.

J’ai retrouvé confiance en moi. Je ne me dévalorise plus en permanence, je ne culpabilise plus en permanence. Je suis ce que je suis, je n’ai pas inventé le vaccin contre la rage, ni révolutionné la musique, ni dirigé la world company, ni laissé une trace dans l’histoire. Mais j’ai certainement fait et vu plus de choses dans ma vie que 90 % de la population mondiale.

Je connais mes points forts. Et mes points faibles. Les choses que je peux améliorer. Et celles que je renonce à améliorer, après tout.

Il reste des points de blocages et des questions ouvertes intimes que je garderai pour le Doc Maboul, si ça ne gêne personne.

On ne met pas à plat hum hum années de fonctionnement, même pervers, même auto-destructeur en quelques mois.

Bref, ce n’est peut-être pas demain la veille que mon banquier va retrouver le sourire.

Peu importe, moi je l’ai retrouvé.

Fuck le banquier après tout.

Et vive le Doc Maboul.

(oui tu vois ça va mieux, la preuve, je me balade avec un sombrero et un sourire dément. Ben quoi ?)

NB. au fait, changer de blog c’est bien. Ca te redonne de la motivation pour tout remonter, réécrire et retrouver des lecteurs. Et hop, un challenge de plus

NB2. si un jour ce genre de choses t’arrive, n’hésite pas il n’y a vraiment AUCUNE honte à se faire aider. Personne ne mérite d’être malheureux.

 

2 commentaires

  1. Tiens quelle coïncidence, moi aussi je viens de changer de plate forme en janvier dernier .. Et je suis ravie bien que ça me désole un peu d’avoir perdu pas mal d’articles, d’abonnés et je ne te parle même pas des stats…
    Belle journée !

    J'aime

    • Justement, c’est stimulant de savoir qu’on doit reconquérir des lecteurs !!! Ca oblige à écrire à nouveau et des choses plutôt intéressantes…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s