Ciné, télé, séries, Humeurs et humour
3 commentaires

Fille à mech’

Les films de super-héros au cinéma, on frôle l’overdose. Bien que bercée par les comics très jeune et amatrice même quand ils n’étaient plus à la mode, je n’en pouvais plus de voir à l’écran des gens dans des tenues approximatives et colorées diverses dégommer des méchants à coups de canon lasers, fulguro-poing ou gadgets sophistiqués.

Je m’étais d’ailleurs promis de ne plus dépenser un seul centime pour aller voir un film de Superbatironx-Man quelconque.

Jusqu’à ce que je tombe un peu par hasard sur la bande annonce de Suicide Squad.

Un film entier basé sur les « méchants » de BD, le joker de Batman en tête.

J’avoue j’ai été bluffée.

1/ La bande annonce est sublimement bien montée sur Bohemian Rhapsody de Queen et donne follement envie. Avec un Joker incarné par Jared Leto qui, pour les quelques secondes où on l’aperçoit promet une version au sommet du personnage équivalente, voire supérieure à celle de Heath Ledger dans Batman The Dark Night.

(via AlloCiné)

2/ J’adore les méchants de fiction.

Le méchant est généralement bien plus intéressant psychologiquement que le gentil. Sa noirceur, ses tortures et ses ressorts psychologiques offrent des variations infinies. Alors que le gentil est juste…. Gentil. Binaire. « Je suis gentil je combats le mal ».

Ok. Bon et sinon ?

Repartons sur personnage du Joker, par exemple, il est tellement complexe et offre des variations telles qu’un acteur peut jouer avec à l’infini quitte à s’y perdre. Heath Ledger a frôlé le burn out en le jouant, on peut se demander d’ailleurs si le rôle n’a pas fini d’achever une personnalité fragilisée. Et selon les échos du tournage de Suicide Squad, Jared Leto était complètement possédé par le rôle au point qu’on lui a assigné un psy sur le tournage pour qu’il ne bascule pas non plus.

Le méchant est méchamment sexy. Qui a envie de faire un brin de causette à Luke Skywalker qui devient ennuyeux au bout de 5 minutes. Alors qu’on aimerait volontiers découvrir ce qui se cache derrière le masque de Darth Vader.

Bref, bad guys have more fun…

… Tout au moins dans la fiction.

Dans la vraie vie, c’est beaucoup moins vrai et souvent beaucoup moins drôle. Pour en avoir côtoyé quelques-un et notamment professionnellement avoir du supporter pendant plusieurs années une personne toxique qui a failli avoir ma peau et ma santé (mais la taulière a le cuir épais, on se rassure), les vrais méchants, il vaut mieux les éviter et partir en courant tant qu’il est encore temps.

Personne n’étant équipé de super-pouvoirs ou de gadgets sophistiqués pour les combattre, quand un vrai cinglé/pervers/manipulateur/psychopathe/sociopathe s’en prend à vous, personne n’est armé naturellement pour contrer quelqu’un qui n’a aucun état d’âme, aucune empathie, et qui vous considère comme un objet qu’il peut manipuler à volonté.

Une seule solution : la fuite. Loin, de préférence.

Ou alors, le coincer sur son propre terrain avec ses propres armes.

Mais ceci requiert énormément de temps, d’énergie, de stratégie et de force intérieure.

Bref, de devenir méchant à son tour.

Entrer dans le suicide squad, ça se mérite, finalement.

 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s