Humeurs et humour
1 commentaire

Mauvais genre

Depuis quelques années/mois il y a beaucoup de discussions autour du « genre » . Les transgenres obtiennent enfin une visibilité, voire une reconnaissance malgré un chemin qui reste encore long et semé d’embûches pour qu’ils/elles puissent vivre pleinement leur identité.

J’avoue que parfois je me perds un peu dans les diverses catégories qui émergent au grand jour : transexuel, polysexuel, pansexuel, neutre, après tout peu importe du moment que chacun y trouve sa place.

En ce qui me concerne, bien que me sentant 100 % femme jusqu’au bout de la manucure, je ne me suis jamais définie en tant que « fille ».

Pour donner un exemple concret et éviter de me perdre (et le lecteur avec) dans des explications tarabiscotées, je peux onduler sur des talons de 12 une bière à la main en crachant des jurons qui feraient rougir un charretier.

La plupart des environnements catégorisés comme « féminins » par des critères que je juge obsolètes et dépassés me gonflent assez rapidement. J’ai horreur de passer des heures à discuter de produits de beauté ou de « oh mais c’est trop grave je ne sais pas ce que je vais mettre ce soir ».

Je suis intelligente, très intelligente, j’ai un humour percutant et plutôt trash. Ce n’est ni de la vanité, ni une façon de me mettre en avant, c’est un fait. Je n’ai aucune envie désormais (même si je suis parfois tombée dans ce travers à des fins de séduction, et oui… On a tous nos faiblesses), d’onduler en minaudant des imbécilités pour rentrer dans un moule.

Je déteste d’ailleurs les gens qui minaudent, quelque soit leur sexe ou leur catégorie. J’ai une furieuse envie de les assommer à coups de pelle.

Je ne suis pas à l’aise avec la maternité que je n’ai jamais considérée comme un aboutissement en soi, ni une révélation lumineuse. Si j’avais pu faire porter mes fils par leur père, comme chez les hippocampes, je l’aurais volontiers fait. Le fait de gérer les enfants n’est pas ce que j’ai fait de plus épanouissant dans ma vie loin de là.

Je ne me « réalise » pas dans un cocon familial. J’ai une vie professionnelle, j’ai toujours travaillé, je suis indépendante financièrement et moralement. Je ne me considère pas non plus comme la moitié d’un couple, je suis un individu de type féminin a priori mais à part entière.

Je vis plutôt pour moi en privilégiant l’hédonisme au traditionnel sacrifice « pour les autres » que parfois, même inconsciemment, les femmes s’obligent à faire.

Bref, j’ai plutôt un comportement attribué par des critères encore une fois aléatoires, d’homme.

C’est ma féminité, je la revendique, et j’interdis à quiconque de la remettre en cause parce que je ne rentre pas JUSTEMENT dans ces critères.

Je me sens désormais totalement à l’aise avec. Après de longues années d’hésitation à me demander « est-ce que je devrais faire ceci ou cela » pour rentrer dans des catégories qui finalement ne me correspondent pas.

Je SUIS ma propre catégorie. Je me définis comme je l’entend, j’agis comme je veux et si j’ai envie de porter une robe moulante en braillant des chansons paillardes, c’est mon problème.

Si ça ne convient pas à certaines personnes, franchement ?

Je m’en bats les couilles.

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s