Mois: janvier 2016

Agoraphobe de groupe

Paradoxalement pour une personne qui adore parler avec la terre entière online ou faire l’imbécile avec un slip sur la tête en petit comité, dès que je me retrouve dans un grand groupe, surtout un grand groupe composé de gens peu ou pas familiers, type mariage, célébrations diverses avec banquet, ou séminaire d’entreprise, je me recroqueville assez immédiatement. Contrairement aux extravertis qui vont tenter de communiquer avec le plus grand nombre de personnes possibles, la vraie introvertie que je suis se replie dans un coin en tentant de se faire oublier. Trop de bruit, trop de gens, trop de connexions, trop de sollicitations, trop de conversations qui m’intéressent peu ou pas du tout. « on a pas eu d’hiver, hein, c’est surprenant ce temps » . Voilà voilà voilà. Mes neurones dédiés à la communication saturent rapidement et m’envoient tout aussi vite des messages de danger imminent « niveau maximum, attention, surchauffe, alerte rouge, repliez-vous de toute urgence ». Il y a encore quelques années j’arrivais à tenir environ 24 h avant implosion, voire à me dandiner vaguement sur …

Fille à concerts

Hier on a bien dansé, dans la fosse, avec les jeunes à mèches, au péril de ma santé physique et, parfois, mentale. Enfin pas si jeune le public était plutôt quadra en moyenne. Lucas Hamming et son groupe qui assuraient une joyeuse première partie rock classique dansant et efficace auraient étaient nettement plus jeunes que la salle. Sinon Stereophonics C’était bien. Lyrique, dansant, puissant, efficace et jubilatoire. Ils ont joué des nouveautés et quelques classiques qui ont fait vibrer la salle. On en a vraiment pour le prix de son billet. Les fans étaient ravis. Ce sera tout pour l’analyse, on analyse pas un concert, on le vit. Ou alors tu passes deux heures à prendre des notes et des photos et tu loupes toute la vibe. J’étais bien placée, sous la scène sur le côté droit comme d’habitude. Très bonne place si tu vas à l’Olympia, les gens s’y mettent peu. Bon on ne voit pas le fond de la scène, mais c’est mineur. C’est situé près de la porte menant aux loges, ce …

La vérité est ailleurs

Si tu as moins de 25 ans, la série X-Files ne te dit probablement pas grand chose, sauf si tu es série-addict. En revanche, pour tous ceux qui sont nés avant les années 90, le duo Mulder et Scully et ses enquêtes ésotérico-extraterrestro-complotistes sont potentiellement cultes. J’ai moi-même succombé au générique qu’on aurait pu croire bricolé par un collégien ayant consommé trop de bonbons Haribo et intoxiqué aux colorants et à sa petite musique mi-inquiétante, mi-ridicule. A l’ambiance crépusculaire de la série, ses personnages para-normaux, ses effets spéciaux un peu hum hum  et à ses énigmes sous-jacentes jamais vraiment expliquées. Pour ceux qui ne l’auraient jamais visionné, le pitch de la série : deux agents du FBI  se consacrent à des enquêtes sur des phénomènes para-normaux. L’un est un policier persuadé de l’existence de tels phénomènes et notamment de l’existence d’extra-terrestres qui auraient enlevé sa petite soeur des années auparavant. L’autre est un médecin rationnel et sceptique que le FBI lui adjoint pour tempérer sa quête obsessionnelle et jugée irrationnelle . Il vont former la …

Produits fétiches

Même en prenant quelques (hum hum) années, pas question de renoncer au maquillage et au soin. En revanche, il faut adapter les routines aux changements du visage. On ne se maquille plus à (hum hum) ans comme à 25, 30 ou 40 sous peine de ressembler rapidement à Bozo le clown un soir d’ivresse. Même si l’essentiel est d’être à l’aise avec son maquillage, il y a des bornes de limites à ne pas dépasser. Pour ma part, depuis quelques années, j’ai par exemple abandonné le fond de teint et les poudres trop épaisses. Habiles à cacher les petites imperfections sur un visage à peu près lisse, ils produisent un peu l’effet contraire sur un visage plus mature : cernes, ridules et autres marques du temps sont accentuées par ces produits plus qu’autre chose. Je me sers d’enlumineurs, de bases, de crèmes CC et j’use et j’abuse d’anti-cernes sur les petits défauts que je veux masquer. Truc de maquilleur : tapoter l’anti-cerne à l’éponge plutôt que de l’étaler, ainsi il couvrira les imperfections au lieu …

La mégalo du week-end

Les lightbox c’est trendy, rigolo et pratique pour laisser des petits messages, ou exprimer ses humeurs alors pourquoi s’en priver ? Partout en vente dans les bonnes épiceries . La mienne vient de chez My Sweet Boutique…  Disponible en format A4 (comme celle-ci) ou A5 (plus petite). C’est totalement inutile donc rigoureusement indispensable… (attention il faut 6 piles AA pour la faire fonctionner)

Chocolat, lalala

Découvrir un film avant tout le monde c’est toujours un plaisir, surtout quand après on peut le conseiller autour de soir dans les dîners en ville et passer ainsi pour une espèce de phare de la connaissance culturelle. …. Trève de plaisanterie, c’est toujours un plaisir tout court, sauf quand le film est mauvais, bien évidemment. Ce qui est loin d’être le cas du film que j’ai pu découvrir hier soir avant sa sortie en salle. Il s’agit du très attendu « Chocolat » avec Omar Sy et James Thierrée. Le film part d’une histoire vraie, au début du 20ème siècle un clown noir a connu une immense célébrité en France, son nom de scène était donc Chocolat. Ce fut probablement le premier artiste de couleur à atteindre ce niveau, du moins dans notre pays, avant même l’arrivée de Joséphine Baker.  Malgré cette gloire, il a sombré dans l’oubli. Touchés par cette histoire oubliée, Rochdy Zem, le réalisateur et Omar Sy ont voulu lui rendre hommage et réhabiliter sa mémoire dans ce joli film. L’histoire : en …

Fille à mech’

Les films de super-héros au cinéma, on frôle l’overdose. Bien que bercée par les comics très jeune et amatrice même quand ils n’étaient plus à la mode, je n’en pouvais plus de voir à l’écran des gens dans des tenues approximatives et colorées diverses dégommer des méchants à coups de canon lasers, fulguro-poing ou gadgets sophistiqués. Je m’étais d’ailleurs promis de ne plus dépenser un seul centime pour aller voir un film de Superbatironx-Man quelconque. Jusqu’à ce que je tombe un peu par hasard sur la bande annonce de Suicide Squad. Un film entier basé sur les « méchants » de BD, le joker de Batman en tête. J’avoue j’ai été bluffée. 1/ La bande annonce est sublimement bien montée sur Bohemian Rhapsody de Queen et donne follement envie. Avec un Joker incarné par Jared Leto qui, pour les quelques secondes où on l’aperçoit promet une version au sommet du personnage équivalente, voire supérieure à celle de Heath Ledger dans Batman The Dark Night. (via AlloCiné) 2/ J’adore les méchants de fiction. Le méchant est généralement bien …

Brunch à SoPi

C’est un fait, l’ancien quartier chaud de Paris, Pigalle, se gentrifie à vitesse grand V. Les hôtels louches, bars à hôtesse, boites de strip-tease et boutiques de souvenirs kitsch sont peu à peu remplacés par des hôtels trendy, bars et clubs  branchés et autres restaurants végé-sans gluten-ou il faut être vu. A tel point que le coin a gagné un surnom style New-Yorkais : SoPi pour South Pigalle. Bien ou mal, c’est la vie des villes, les quartiers changent et évoluent en permanence en fonction des modes et de l’espace laissé disponible. Comme toute chose, il y a des avantages et des inconvénients. Inconvénient : le quartier perd un peu son âme et son côté canaille-titi parisien qui commence à se faire rare dans la capitale en dehors de quelques endroits bien spécifiques. Avantage : on peut désormais y flâner entre des salles de concerts rénovées, comme l’Elysée-Montmartre qui va littéralement renaître de ses cendres  après l’incendie qui avait ravagé l’endroit en 2011, le Trianon complètement rénové, que je vous conseille vivement de visiter si …

Epaule tattoo

Bien que démarré sur le tard, et mûrement réfléchi, le tatouage est devenu une addiction. Je suis l’heureuse propriétaire de 3 tatouages qui ornent mon dos et je me freine pour ne pas succomber à d’autres. L’âge me diras-tu ? Je te répondrais « et alors » ? On a pas déjà dit ici que l’âge n’était pas un problème tant que tu te sens bien dans ta peau ? Si, et même parfaitement si. La preuve J’adore l’idée de devenir une mamie indigne et décorée. Je considère même que le tatouage, sortant des traditionnels ancres de marine et coeurs percés d’une flêche « maman je t’aime » est devenu un véritable art à part entière avec des tatoueurs dont certains font des petits bijoux de graphismes et d’originalité. Il y en a pour tous les goûts et dans tous les styles. Pour ma part, je préfère le monochrome et les arabesques de petite taille. Ce qui ne m’empêche pas d’admirer certaines oeuvres très colorées et très larges. J’ai eu la chance de participer au mondial du tatouage l’an …

Mauvais genre

Depuis quelques années/mois il y a beaucoup de discussions autour du « genre » . Les transgenres obtiennent enfin une visibilité, voire une reconnaissance malgré un chemin qui reste encore long et semé d’embûches pour qu’ils/elles puissent vivre pleinement leur identité. J’avoue que parfois je me perds un peu dans les diverses catégories qui émergent au grand jour : transexuel, polysexuel, pansexuel, neutre, après tout peu importe du moment que chacun y trouve sa place. En ce qui me concerne, bien que me sentant 100 % femme jusqu’au bout de la manucure, je ne me suis jamais définie en tant que « fille ». Pour donner un exemple concret et éviter de me perdre (et le lecteur avec) dans des explications tarabiscotées, je peux onduler sur des talons de 12 une bière à la main en crachant des jurons qui feraient rougir un charretier. La plupart des environnements catégorisés comme « féminins » par des critères que je juge obsolètes et dépassés me gonflent assez rapidement. J’ai horreur de passer des heures à discuter de produits de beauté ou de « oh …