Humeurs et humour, Musique
Laisser un commentaire

Crève 2015, Crève…

A 2 jours de la fin de cette année, beaucoup de gens, dont je fais partie verront sans aucun regret se terminer 2015.

Peu de personnes pourront probablement dire dans l’avenir « j’ai passé une super-année ».

Sur le plan personnel, certains d’entre nous auront certainement connu une année réussie, riche, heureuse, c’est tout le mal qu’on peut leur souhaiter.

En revanche, sur le plan général, rien ne nous aura été épargné : crise, guerres et leurs conséquences dont la crise des migrants, chômage, attentats meurtriers qui nous ont tous dévastés, Daech, accidents meurtriers, catastrophes naturelles en série avec le retour du redoutable El Nino, j’en passe et des pas meilleures.

Sans parler du retour de Céline Dion et du disque de Kendji Girac. Comme catastrophe naturelle c’est dix fois pire qu’El Nino.

Pas un jour ou presque sans mauvaise nouvelle.

Peu de lueurs d’espoir dans cette longue série sombre.

Plus quelques décès de figures emblématiques qu’on avait pas envie de voir partir.

Des gens qui faisaient partie de la famille, ou du moins de la famille imaginaire.

Comme Patrick Mc Nee, l’impeccable Mr Steed de la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir, l’incarnation du flegme et de l’humour Britannique. Ou encore le méchant le plus méchant de toute l’histoire du cinéma qui restera le  Dracula ultime, Christopher Lee (et qui était probablement l’homme le plus gentil de la terre dans la vraie vie). Ces deux acteurs et leurs personnages c’est un peu de mon enfance et de mon adolescence qui partent avec eux.

Et, hier, une icône du rock : le grand Lemmy Kilmister, le leader du groupe Motorhead qui est parti un peu plus d’un mois après le décès de son premier batteur Phil « Filthy Animal » Taylor, celui qui avait inspiré en partie la marionnette du batteur fou « L’Animal » dans le Muppet Show.

Même si on s’attendait à ce qu’il ne vive pas centenaire, vu son rythme et le nombre hallucinant de substances licites et illicites qu’il a pu absorber dans sa vie, on aurait bien aimé le garder quelques années encore.

Je n’étais pas spécialement une fan, ni une spécialiste de Motorhead. J’écoute un titre par ci-par là et à part quelques retransmissions télé ou visionnage de vidéos je ne les ai même jamais vus en concert live.

Mais avec Lemmy c’est une certaine idée du rock qui part. Un personnage, voire une légende.  Une époque qui se termine. Celle où les gens étaient plutôt là pour faire de la musique (ou du bruit selon les goûts de chacun) plutôt que de compter le nombre de leurs followers instagram ou vendre des produits dérivés (quoiqu’il l’ait fait aussi certainement à la fin).

Non décidément, 2015 ne nous aura rien épargné. En plus de nous laisser un monde en piteux état, elle nous enlève un peu de rêve et ferme la porte sur une époque où les gens jouaient fort et vite… Juste pour jouer fort et vite.

On aurait dû s’en douter.

Une année qui ne rime avec rien, c’est suspect.

Alors que 2016….

Enfin, bref. On l’attend avec impatience.

Keep on rockin’ les gars. En attendant de très bonnes fêtes de fin d’année à tous.

Les meilleures possibles en tous cas.

See you in sweet sixteen.

IMG_1728

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s