Humeurs et humour, Musique
Laisser un commentaire

Guitarista !

Commencer un instrument sur le tard, pourquoi donc ?

Et pourquoi donc pas ?

Oui mais alors, la logique et les bonnes moeurs voudraient qu’on se mette à la flûte traversière, au triangle, au piano ou à la viole de gambe.

Sauf que, dans mon cas, j’ai rêvé toute ma vie de pouvoir plaquer des riffs rageurs en hurlant dans un micro des chansons à texte du style « Je t’aime baby, tu m’as fais mal, je souffre ».

Le temps passant j’avais un peu mis un mouchoir sur ce rêve, comme sur certains autres. Et puis un jour, au fil d’une conversation avec un guitariste à qui je confiais ce rêve inachevé, il me dit « mais qu’est-ce qui t’en empêche ? ».

Et j’ai pensé « au fait oui, qu’est-ce qui m’en empêche ? ».

Au nom de quelle règle préétablie par je ne sais qui  je ne pourrais pas être une vieille punk qui fait rire son public en jouant n’importe comment, une bière à la main (ou sur l’ampli, si t’essayes de jouer de la gratte une bière à la main, t’es pas arrivée, à moins de pratiquer la technique dite du bottleneck).

J’ai donc acheté une guitare électrique (carrément, la guitare sèche c’est pour les faibles) et finalisé mon inscription à des cours. Toute seule, je ne comprenais rien aux méthodes et je n’ai pas assez de discipline ni de facilités naturelles pour progresser.

Depuis ?

  • J’en bave,
  • j’en chie,
  • je m’énerve,
  • je trépigne de ne pas y arriver, quasiment tous les soirs.
  • Je n’ai plus d’ongles, j’ai du sacrifier mes chères griffes soigneusement manucurées,
  • Le bout des doigts de ma main gauche se transforme lentement mais surement en peau de dinosaure,
  • J’ai mal au doigts, j’ai mal aux bras, j’ai mal aux poignets,
  • Je m’auto-saoule à répéter le même enchaînement d’accord encore et encore,
  • Je m’explose les tendons à essayer de placer mes doigts aux 4 coins de  ce foutu manche qui me résiste (mais qui a inventé des accords aussi tordus ?),
  • Je manque de dextérité, je manque de coordination, je manque de rythme, parfois je ne comprends rien à ce qu’il faut faire,
  • Parfois aussi je perds mes bases, je reviens au point de départ, alors que les autres progressent et que je stagne.

Bref, c’est désespérant de désespérance.

MAIS

Parfois aussi, quand j’arrive à jouer à peu près un truc jusqu’au bout, en rythme et sans me tromper, je pourrais dire comme Jimi Hendrix « excuses-moi pendant que j’embrasse le ciel ».

C’est un bonheur et une satisfaction tellement intense que j’en connais assez peu du même ordre.

En plus de la satisfaction d’avoir (plus ou moins) fait sortir un son harmonieux d’un instrument on peu quand même aussi ajouter des petits à côtés sympathiques qui peuvent contrebalancer les inconvénients listés ci-dessus

  • 100 % d’économie sur le budget vernis-manucure
  • Travail sur la concentration, la mémoire, la coordination, bref tout ce qui peut nous faire défaut avec le combo passer sa vie sur un écran + prendre de l’âge.
  • Devenir le centre de l’attention. Du coup avoir des verres gratuits, des gens qui vous regardent avec bienveillance  et, a priori, ramasser énormément. Mais ça c’est certainement une légende urbaine, pour l’instant de mon côté c’est zéro pointé.

J’essaye de dompter ma guitare depuis un peu plus d’un an. Malgré les difficultés et à mon propre étonnement, je m’accroche. Je travaille autant que je peux, même si le soir ou le week-end ce n’est pas toujours évident. Evidemment, sans s’astreindre à travailler régulièrement, aucun résultat. Sauf à être un génie, et encore.

Comme disait mon prof de façon un peu lapidaire « Un génie ? Ca n’existe pas. Il n’y a que des gens qui ont des facilités à la base et qui ont bossé des heures, des jours, des mois, des années pour en arriver là où ils sont ».

Vu que je n’ai aucune facilité (à part une très bonne oreille) et que je ne travaille pas toujours pendant des heures, il est peu probable que j’aille très loin.

Mais je pourrais éventuellement animer des feux de camps ou ambiancer les soirées de mes potes. C’est déjà pas mal.

Voire faire des petits concerts. Ce que je vais faire dans quelques mois, contre toute logique et pour la plus grande douleur des personnes présentes, avec mon fils qui tentera de masquer avec sa guitare mes couacs et mes fausses notes.

C’est un peu fou, c’est un challenge personnel que je me lance. Un ça m’obligera à travailler. Deux à lutter contre la panique totale qui s’empare de moi dès que je dois me produire en public et qui me rend insomniaque des nuits entières et physiquement malade dès que je dois le faire.

Une thérapie expresse et musicale, en somme.

Je dois être logique, je ne peux pas rêver d’hurler dans un micro devant une foule hystérique et me contenter de chanter dans ma salle de bains, devant la glace et une brosse à cheveux à la main.

Au moins j’aurais été jusqu’au bout de la démarche.

(De toutes manières je paierais une tournée générale avant d’entamer mon récital. Les gens seront saouls ils ne se rendront compte de rien).

 

12322649_919575101425326_261009977039158839_o

(sur la photo Charles-Gwendoline à gauche et Gipsy Lee Rose à droite) (oui, je donne des noms à mes guitares, j’ai le droit)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s